mis à jour le

An un de Macky au pouvoir : Abdoulaye Baldé dénonce la faiblesse de l’action gouvernementale

Le directoire de l'union des centristes du Sénégal (UCS), s'est réuni hier pour faire le bilan de l'an un du président Macky Sall. Abdoulaye Baldé et ses principaux lieutenants ont peint un tableau noir de la gestion de Macky Sall.

La coalition Benno Bokk Yaakaar qui s'apprête à fêter, en grande pompe, leur première année au pouvoir, doit réfléchir. Car, selon le président Abdoulaye Baldé, «la baisse des prix des produits de première nécessité n'est pas une réalité au Sénégal. Et les Sénégalais peinent à se nourrir correctement, en zones urbaines comme rurales. Alors que l'autosuffisance et la sécurité alimentaires devraient constituer pour le gouvernement une priorité absolue, l'UCS reste très sceptique, quant au développement de l'agriculture. Nous regrettons, de façon générale, la faiblesse de l'action gouvernementale, ce qui conduit à des interrogations sur l'existence d'un véritable programme global de développement». Par ailleurs, l'UCS relève que les quelques actions concrètes observées s'inscrivent dans la continuité des initiatives prises par le régime précédent, notamment, dans le domaine des infrastructures. Le président de l'UCS s'inquiète particulièrement de la récurrence des grèves des enseignants comme des élèves et exhorte l'Etat à instaurer un dialogue franc avec le corps enseignant, dont plusieurs revendications légitimes doivent pouvoir trouver un écho favorable. Pour M. Baldé, «le devenir de la jeunesse sénégalaise qui souffre cruellement de multiples maux et qui peine à voir le bout du tunnel, alors qu'elle devra bientôt assurer la relève, est à assurer».
C'est pourquoi, l'UCS dénonce avec vigueur le fait que des milliers de bacheliers soient confrontés à des difficultés d'orientation et relève que la solution ponctuelle consistant à mettre à contribution des établissements privés ne saurait régler le problème de la formation des jeunes dont les qualités et les compétences devraient pouvoir demain servir notre pays. En revanche, l'UCS rappelle que l'Etat a le devoir, à travers ses démembrements, de veiller à l'application et au respect strict des normes de sécurité à tous les niveaux et le devoir d'informer les populations sur les risques liés à certaines pratiques.

Ibrahima Khalil DIEME

REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

pouvoir

AFP

Burkina: le président de l'Assemblée Salifou Diallo

Burkina: le président de l'Assemblée Salifou Diallo

Politique

Burkina: un congrès tendu pour le parti au pouvoir

Burkina: un congrès tendu pour le parti au pouvoir

AFP

Egypte: l'armée va pouvoir fonder une compagnie pharmaceutique

Egypte: l'armée va pouvoir fonder une compagnie pharmaceutique