mis à jour le

Fi Almagnia ,Marzougui « ighanni wijnahou iroud 3liih »

En visite en Allemagne Moncef Marzougui a soutenu jeudi 21 mars que «L’investissement dans l’expérience transitoire tunisienne est un investissement dans la démocratie»

Lors d’une rencontre-débat organisée par la Fondation Koerber, le président provisoire a rendu un hommage renouvelé au gouvernement allemand pour son soutien constant au processus de transition démocratique engagé par la Tunisie. «La Tunisie est une carte gagnante. Sa « révolution » a beaucoup plus de chances de réussir que d’échouer et son processus de transition démocratique ne peut plus faire marche arrière», a-t-il précisé devant un auditoire composé de représentants de la société civile, d’intellectuels, d’hommes politiques et d’universitaires.

«La Tunisie doit s’adapter ou périr», a-t-il soutenu, faisant part, à ce propos, de sa crainte de voir la « révolution » tunisienne conduire au chaos et de contribuer, en conséquence, au retour de la dictature. «L’échec d’un processus de transition démocratique dépend en partie de son coût», a-t-il indiqué, estimant que «la Révolution syrienne a échoué avant même de commencer, compte tenu de son coût élevé en termes de pertes humaines et de dégâts matériels». «La Révolution tunisienne est la moins chère de toutes les révolutions du Printemps arabe», s’est-il félicité.

Par ailleurs, le président provisoire a plaidé en faveur de l’établissement d’un Etat démocratique, qui favorise la cohabitation entre laïcs modérés et islamistes modérés. « Bannissons toute forme d’extrémisme et de fanatisme», a-t-il dit.

Il s’est félicité, à cet égard, de la réussite de la Troïka ( CPR ,Ettakattol dominés par les islamistes d’Ennahdha ) au pouvoir qui, a-t-il dit, «illustre le succès de l’équation entre un parti islamiste, un parti laïc et un parti modéré ». Dans le même contexte, il a affirmé avoir confiance en le président du Mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi. «Je connais Rached Ghannouchi depuis 30 ans. Nous avons contribué ensemble à l’instauration de la stratégie de consensus», a-t-il indiqué.

D’autre part, il a souligné avoir convoqué une réunion, la semaine prochaine, avec tous les partis politiques aux fins de résoudre toutes les questions litigieuses.

En réponse à une question sur les Ligues de protection de la Révolution, il s’est prononcé «contre les formations qui agissent sous plusieurs couvertures, sous prétexte de protéger la « révolution »». «Il ne peut y avoir de place en Tunisie aux formations ou aux milices qui prétendent défendre la « révolution ». Elles doivent se transformer en des associations civiles ou se dissoudre», a-t-il conclu.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes