mis à jour le

93% des nominations dans le secteur public ont bénéficié à des partisans d’Ennahdha

Des informations relatives à la gestion de l'administration tunisienne ont été révélées hier, 21 mars 2013, lors de la conférence de l'Union tunisienne du service public et de la neutralité de l'Administration(UTSPNA). En effet, selon l’UTSPNA « 90 % des nominations dans le secteur public depuis le mois de décembre 2011 et jusqu’au mois de février 2013 ont été faites par le gouvernement Jebali sur la base d’orientations partisanes, régionales ou familiales. »

La neutralité de l'administration,au c½ur de la transition démocratique

Abdel Kader Labaoui, président de l'UTSPNA, a déclaré que la neutralité de l'administration est au c½ur de la transition démocratique. Car, passer de l'ère du Parti unique à celle du pluralisme nécessiterait par obligation un comportement traitant les citoyens avec équité, sur un même pied d'égalité, sans tenir compte de leurs appartenances politique, ethnique, sexuelle ou autre.

Par ailleurs, la problématique sur laquelle s'est penchée l'UTSPNA concerne en premier degré le gouvernement Jebali. D'après M. Labaoui :

sur 212 nominations dans l'administration publique, 114 ont été publiées dans le JORT (Journal Officiel de la République Tunisienne), par contre 98 n’ont pas été publiées.

Autres chiffres au sujet des nominations :

  • 87% des nominations dans le secteur public ont été faites pour des membres de la Troïka (Ennahdha, CPR et Ettakatol)
  • 93% des nominations dans le secteur public ont été en faveur des partisans d'Ennahdha

L’une des plus importantes revendications de l’UTSPNA est la révision des nominations par une commission où la Troïka ne serait pas “juge et partie”.

Les nominations ne cessent d’augmenter jour après jour, de ce fait, nous avons contacté le gouvernement juste après la déclaration du gouvernement Laarayadh et nous allons le recontacter, officiellement, par écrit pour que cette commission soit composée de représentants de la société civile, de syndicats, de constituants, des membres du Tribunal administratif pour qu’elle ait un caractère hétérogène.”

Une volonté de domination de la structure administrative en Tunisie

Il est nécessaire de rappeler, que le parti Ettakatol, partenaire d’Ennahdha dans la Troïka du gouvernement Laarayadh, a exigé la mise en place d’une commission similaire, où il serait question de réviser, selon Samy Razgallah, membre de son bureau politique, plus de 1200 nominations dans le secteur public.

M. Abdel Kader Labaoui a fait savoir également qu’il y a une volonté de domination sur la structure administrative en Tunisie, dont les conséquences seront d’une grande nuisance sur le rendement de l’administration. Un rapport complet sera fourni prochainement, avec statistiques, sur les nominations dans le service public par l’Union tunisienne du service public et de la neutralité de l'Administration.

secteur

AFP

Corruption au Nigeria: le secteur pétrolier toujours aussi opaque

Corruption au Nigeria: le secteur pétrolier toujours aussi opaque

AFP

RDC: en attendant Inga, le secteur minier au défi du manque d'électricité

RDC: en attendant Inga, le secteur minier au défi du manque d'électricité

AFP

Le Gabon veut réformer son secteur public "dégradé"

Le Gabon veut réformer son secteur public "dégradé"

public

AFP

Gabon: nouvelle grève dans l'audiovisuel public

Gabon: nouvelle grève dans l'audiovisuel public

AFP

Ethiopie: plusieurs morts dans une explosion lors d'un meeting public

Ethiopie: plusieurs morts dans une explosion lors d'un meeting public

AFP

La biennale de Dakar: si loin, si proche du public

La biennale de Dakar: si loin, si proche du public

partisans

AFP

Elections en RDC: des partisans du candidat d'opposition Fayulu dispersés

Elections en RDC: des partisans du candidat d'opposition Fayulu dispersés

AFP

Guinée: des partisans du président de la Cour constitutionnelle matraqués

Guinée: des partisans du président de la Cour constitutionnelle matraqués

AFP

Mali: après l'opposition, les partisans du président Keïta dans la rue

Mali: après l'opposition, les partisans du président Keïta dans la rue