mis à jour le

Le Mujao affirme avoir ouvert un « autre foyer de conflit » à Tombouctou

Des militants du groupe armé islamiste Mujao dans le Nord-Mali le 10 septembre 2012. REUTERS

Le Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), un des groupes islamistes ayant occupé le nord du Mali en 2012, a revendiqué vendredi 22 mars l’attentat de la veille à Tombouctou.

« Au nom de tous les moujahidines, le Mujao revendique l’attentat et l’attaque de Tombouctou, a déclaré Adnan Abou Al-Walid Sahraoui, porte-parole officiel du Mujao, lors d’un bref entretien téléphonique avec un journaliste de l’AFP à Bamako.Nous avons ouvert un autre foyer de conflit à Tombouctou, et nous allons continuer. » « Les moujahidines sont à Gao, à Kidal, à Tombouctou », les capitales des trois régions formant le nord du Mali, « et ils vont continuer les combats grâce à Allah », a-t-il affirmé, sans plus de détails. « Les Français sont nos ennemis mais ceux qui travaillent avec eux sont aussi nos ennemis », a-t-il ajouté.

LA SITUATION ÉTAIT CALME

Comme les autres grands centres du nord du Mali, Tombouctou a été libérée fin janvier par des troupes françaises et maliennes des groupes islamistes armés, dont Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), qui contrôlaient la région depuis 2012, y commettant exactions et destructions de mausolées au nom de la charia (loi islamique).

L’attentat de jeudi, le premier dans cette ville historique à plus de 900 kilomètres de Bamako, a fait une dizaine de morts côté islamistes et un côté arméemalienne. Une tentative d’incursion d’islamistes à l’aéroport de la cité avait commencé par l’explosion d’une voiture piégée, avec un kamikaze à son bord, vers l’aéroport de Tombouctou. Un militaire malien a été tué, et au moins deux autres blessés, selon une source militaire malienne. « Une dizaine » de combattants d’un commando islamiste ont ensuite été tués par « les forces françaises et maliennes » lors de cette tentative d’intrusion, selon l’état-major de l’armée française. En outre, plusieurs soldats maliens ont été blessés dans les combats par un tir ami de l’armée française.

Depuis sa libération fin janvier, la situation était calme à Tombouctou, contrairement à la région de Gao (nord-est), qui a connu des attentats-suicides et où une « quinzaine » de combattants islamistes ont été tués dans des accrochages récents, selon la France. Mais c’est dans le massif des Ifoghas (extrême nord-est) que se concentrent depuis plusieurs semaines les opérations, conduites dans cette zone par des soldats français et tchadiens contre les djihadistes qui s’y sont retranchés.

 

Le Monde.fr | 22.03.2013 à 11h28

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

Mujao

AFP

L'Américain enlevé au Niger "probablement" aux mains du groupe jihadiste Mujao

L'Américain enlevé au Niger "probablement" aux mains du groupe jihadiste Mujao

Otages français

Il est officiellement le dernier otage français au monde

Il est officiellement le dernier otage français au monde

Otages au Mali

Qui était Gilberto Rodrigues Leal?

Qui était Gilberto Rodrigues Leal?

foyer

AFP

Ousman Manneh: du foyer de réfugiés aux projecteurs de la Bundesliga

Ousman Manneh: du foyer de réfugiés aux projecteurs de la Bundesliga

AFP

Ebola: décès dans un nouveau foyer de contamination en Sierra Leone

Ebola: décès dans un nouveau foyer de contamination en Sierra Leone

AFP

Burundi: Musaga, foyer de la contestation

Burundi: Musaga, foyer de la contestation

Tombouctou

AFP

Mali: les mausolées, remparts protecteurs de Tombouctou

Mali: les mausolées, remparts protecteurs de Tombouctou

AFP

La destruction des mausolées de Tombouctou évaluée

La destruction des mausolées de Tombouctou évaluée

AFP

Mali: un militaire et un civil assassinés

Mali: un militaire et un civil assassinés