mis à jour le

Des politiques de la «Nouvelle génération» lancent un Appel pour le changement : « Où est l’égalité quand ce sont toujours les mêmes? »

Notre pays vit le moment le plus difficile de son histoire moderne. La crise au Nord a fragilisé notre Nation. Le Coup d'Etat du 22 mars 2012 a freiné notre construction démocratique, entamée le 26 mars 1991.

À l'anniversaire de ces dates symboliques, nous, hommes politiques maliens, de la nouvelle Génération, décidons de publier ce manifeste afin de marquer notre volonté commune pour un changement réel. Plus que jamais notre pays a besoin de renouveau.
La politique a miné notre société et sapé nos valeurs. Le patriotisme, la citoyenneté et le sens du devoir ont fait place à l'intérêt, au laxisme et à la corruption.Nous voulons un Mali fier de son histoire. Nous voulons une république solidaire et une démocratie émergente, des citoyens engagés et une gouvernance axée sur l'intérêt général.
La même classe politique a la main mise sur l'avenir du pays depuis un quart de siècle. Ils ont débuté sous Moussa Traoré, accompagné Alpha Oumar Konaré, étaient encore aux commandes sous Amadou Touré et sont toujours là après les évènements du 22 mars 2012.

Et toujours avec les mêmes idées qui nous ont maintenu dans la dépendance. Et à chaque génération de Malien, ils viennent nous promettre qu'ils ont un nouveau projet pour le Mali. Où est le changement?

Où est la démocratie quand, depuis notre jeunesse jusqu'à notre vieillesse, ce sont les mêmes qui dirigent. Pendant ce temps nos pères soutiennent leurs familles avec leurs maigres retraites et nos mères doivent soutenir des enfants en âge de travailler.

L'inexpérience que l'on attribue à la classe émergente était plus patente encore lorsque la génération précédente commençait dans l'État.

Et l'expérience dont ils se targuent n'a pu empêcher les désastres que le peuple a subit. À quoi a t elle servi ? 53 ans après l'Indépendance, le Mali n'a dû son salut qu'à l'aide de pays amis et frères.

Nous Maliens du XXIe siècle ne voulons plus d’une société divisée et condamnée à solliciter une assistance qui ne suffit pas à nos besoins. Nous ne voulons plus voir nos enfants diplômés perdant l’espoir en l’avenir. Nous ne vous voulons plus que nos enseignants, comme tous les autres Maliens soient à la merci du quotidien.
Nous ne remettons pas en cause les aptitudes de nos devanciers, seulement le monde change et le Mali doit changer aussi. Le combat qu'ils ont mené est à saluer, mais c'était la bataille d'hier et l'avenir attend le peuple malien.
Nous leaders politiques de la nouvelle génération nous différencions par une approche pragmatique et notre proximité avec le Mali de tous les jours qui n'a que faire d'une politique qui n'est pas à son service.

Nous voulons un Etat créatif et soucieux de tous ses enfants, les plus forts comme les plus faibles. Nous voulons un mode de développement qui ne trahisse pas notre culture, nos traditions et notre foi.

Notre approche avec les partenaires techniques et financiers est différente du dialogue asymétrique, qui ne tient pas compte des besoins réels de la population et des exigences d'une croissance soutenant l'emploi et le développement.

Nous ne sommes pas de simples hommes politiques, mais tout d’abord des responsables venus du secteur privé, de hautes institutions et de l’administration publique, dotés de la culture du résultat et de la performance dont notre pays à besoin aujourd’hui.

Certains d'entre nous ont approuvé le putsch d'autres l'ont condamné ou furent neutres. Certains d'entre nous sont chrétiens d'autres musulmans. Certains sont de droite et d'autres de gauche. Mais toutes ces particularités ne sont rien au regard de la nécessité d'une union de la nouvelle classe politique afin que la démocratie ne soit pas juste un changement de personne, mais un changement de méthode lorsque les précédentes ont montré leurs limites.

Face à leur force supposée, nous savons que Dieu seul est détenteur de pouvoirs absolus. Et dans notre République c'est le peuple dans son ensemble qui en est le mandataire.

Après 53 ans d'Indépendance, 7 rebellions et 3 coups d'États, et des déchirures sociales importantes, le peuple doit reprendre son droit, donner sa chance à de nouvelles intelligences et une nouvelle cohérence à même de reconstruire, repenser et réorganiser la nation malienne.

Malgré nos particularités, nous avons décidé de nous donner la main afin d'offrir une alternative au peuple. Nous ne pouvons plus rester prisonniers de personnes qui ont eu toutes les opportunités du monde à montrer leurs aptitudes. Nous vivons aujourd'hui l'échec de leurs méthodes. Chaque Malien en paye le prix.

Nous avons grandi à leur ombre, avons appris de leurs erreurs, bénéficié de leur savoir et y avons ajouté les nôtres. Mais que serait la force d'un pays, si les nouvelles générations ne pouvaient dépasser les précédentes?
Cela s'appelle le progrès, c'est la marche de l'histoire, il faut avancer.

Les indispensables doivent avoir l'élégance de laisser d'autres apporter leur contribution. Le Mali est une course de relais non pas un patrimoine personnel. Sans cette élégance, le peuple doit trancher!

Nous invitons tous ceux qui soutiennent le changement à venir nous rejoindre

Cheick Boucader Traoré,

Madani Amadou Tall,

Moussa Mara,

Yeah Samaké,

Ousmane Ben FanaTraoré

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

politiques

AFP

Mozambique: au moins trois responsables politiques assassinés en une semaine

Mozambique: au moins trois responsables politiques assassinés en une semaine

AFP

Le Soudan du Sud est "au bord du précipice", s'alarment d'anciens prisonniers politiques

Le Soudan du Sud est "au bord du précipice", s'alarment d'anciens prisonniers politiques

AFP

RDC: l'ONU invite les acteurs politiques

RDC: l'ONU invite les acteurs politiques

appel

AFP

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

AFP

Génocide au Rwanda: verdict attendu au procès en appel de Simbikangwa

Génocide au Rwanda: verdict attendu au procès en appel de Simbikangwa

AFP

Afrique du Sud: appel à la démission de jacob Zuma

Afrique du Sud: appel à la démission de jacob Zuma

Changement

AFP

Côte d'Ivoire: un nouveau gouvernement sans grand changement mais avec plus de femmes

Côte d'Ivoire: un nouveau gouvernement sans grand changement mais avec plus de femmes

AFP

Côte d'Ivoire: l'arrivée de Carrefour, un changement pour la distribution

Côte d'Ivoire: l'arrivée de Carrefour, un changement pour la distribution

AFP

Au Sénégal, des agriculteurs s'adaptent face au changement climatique

Au Sénégal, des agriculteurs s'adaptent face au changement climatique