mis à jour le

Combats à Gao contre le Mnla : Les troublantes révélations de l’ex-député Ould Matally

Dans un entretien que nous avons eu avec Ould Matally, ancien député de Bourem, de la communauté arabe, membre du Cadre de concertation de la société civile, il nous a fait des révélations troublantes sur les combats qui ont été menés à Gao contre les bandits armés du Mnla.

Selon Ould Matally, «la prise de Gao a eu lieu un 30 avril 2012. Ce jour-là, très tôt le matin, je suis parti chercher Mohamed Idriss (président de l'Assemblée régionale) et les autres, pour qu'on puisse voir ce qu'il y a lieu de faire». Il pensait déjà à pallier l'absence de l'Etat. Car, dit-il, «Parce qu'on savait que l'Etat était parti et qu'il ne restait que les rebelles. J'ai été prendre Mohamed Idriss devant l'Assemblée régionale, et on a piqué chez Ali Badi qui n'était pas sur place. On est ensuite parti à la zone où on a trouvé des anciens colonels qui ont déserté de l'armée malienne. On a compris que parmi eux, il y a des gens que nous connaissons. À notre retour, nous avons constaté qu'il y avait des pillages dans la ville. On est reparti chercher, une seconde fois, Ali Badi qui n'était toujours pas là. Mais, on a constaté que des gens étaient en train de vouloir prendre des véhicules chez lui, ce que nous avons empêché. On est ensuite parti chez Arougaya Touré». Pour répondre aux urgences de l'heure, notre interlocuteur et ses camarades ont dû s'organiser en petits groupes : «On s'est organisé en équipe. Et depuis ce temps, on a fait de notre mieux pour empêcher le désastre, surtout aux privés. On a demandé d'éviter de casser certains biens publics (écoles, hôpitaux...). Parce que, dans plusieurs cas, ils (les hommes du Mnla) nous ont trompés. Très tôt on a pu sécuriser l'hôpital et l'Energie, d'où le Mnla venait de sortir avec une citerne. On a appris que Oumar Koné avait des problèmes, ses véhicules ont été enlevés. On est alors parti récupérer ses véhicules pour les lui remettre. Ensuite, on est parti chercher les véhicules du maire Sadou Diallo».

Un autre combat pour M. Matally était d'empêcher que le Mnla n'enrôle dans ses rangs les populations. «Une semaine après, on a résisté pour que les gens n'adhèrent pas au Mnla. C'était tout notre combat. Nous avons aussi lutté pour empêcher que le Mnla fasse des meetings à travers lesquels, ils voulaient prouver qu'ils ont l'adhésion des populations. Cela nous a valu la colère du Mnla qui a écrit nos noms sur une liste des gens à exécuter. Il y a moi, Bouba (le représentant des jeunes), Saliou et même Kader, le journaliste», nous a confié l'ancien député de Bourem, Ould Matally.

Puis de poursuivre : «Le jour où le Mnla devait faire la déclaration de sa fantoche République, j'ai été le seul à être autorisé à prendre la parole, après l'intervention du journaliste Kader Touré. Ce jour, qui pouvait défier le Mnla ? C'est en ce temps qu'on voulait voir les hommes. Le fait que l'Etat malien est resté au nord, c'est grâce à nous. Même s'il n'y avait pas d'autorités, nous sommes restés nous populations du Mali. Nous sommes restés responsables maliens, et nous avons agi en tant que responsables de l'Etat du Mali. On était resté en contact avec l'Etat. Ce que beaucoup de gens ignorent». De son point de vue, c'est ce minimum d'organisation qui a permis l'acheminement des premières aides humanitaires. «C'est comme ça que nous avons organisé les aides alimentaires qui arrivaient à Gao. Et nous servions d'interface avec les Ong et les populations. On a réussi à reprendre l'électricité et à faire en sorte que l'école rouvre ses portes pour empêcher que les gens ne soient pas récupérés par la rébellion qui ne voulait pas d'une reprise des classes. C'est avec nos propres initiatives que nous avons pu amener l'hôpital à reprendre ses activités. Nous avons envoyé Bouba chercher les jeunes de la ville pour nettoyer l'hôpital, où tout avait été cassé. Après, on a fait appel aux jeunes médecins et infirmiers qui sont de la localité : les Moulaye, les Diamoye et tous les autres. Ce sont des jeunes à saluer. Ils ont tous répondu présents. Depuis ce jour à maintenant, ce sont eux qui prennent en charge les soins, et on n'a jamais eu de mort, malgré les moyens rudimentaires avec lesquels ils se débrouillaient. Ces jeunes ont sauvé beaucoup de patients à Gao, à Bourem, et d'un peu partout», nous a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Ould Matally a tenu à saluer un certain nombre de personnes : «Il faut saluer également les éléments de l'Energie, qui n'ont jamais quitté et se sont toujours battus pour que les gens aient le courant. Les enseignants sont également à saluer. Ce sont eux qui ont réorganisé  l'école, malgré la menace. Ils sont venus volontairement et se retrouvaient régulièrement à l'école Farandjirey. On a aussi organisé les transports et beaucoup de choses. Parce qu'il fallait organiser les distributions alimentaires, les médicaments... Quand il y avait des problèmes, ils nous arrivaient même de demander à Bamako de nous envoyer des Docteurs.  L'Energie, au niveau national, nous a toujours envoyé de l'huile pour l'entretien des moteurs,  ainsi que des produits pour désinfecter l'eau». Pour conclure, Ould Matala a fait une autre révélation troublante : «Le problème que nous avions, c'était que quand le Mnla est arrivé, il s'en prenait à tous ceux qui sont noirs, qui n'avaient pas le droit d'avoir un appareil neuf, ni une voiture neuve. Les noirs n'avaient pas le droit de circuler. Ce sont des problèmes qu'on a eus. Après, ils ont tenté de composer avec la population qui a compris leur jeu et a refusé. En réalité, on a incarné la résistance contre les envahisseurs».

Seyni TOURE

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé