mis à jour le

Coup de gueule à la nationale de l'électricité : « Le « théâtre » était trop beau pour être vrai »

Les délestages que les Burkinabé vont devoir supporter pendant deux mois éc½urent Koama Théodore. Il ne passe pas par quatre chemins pour le dire dans les lignes qui suivent.

Payez une facture dans nos guichets est aussi difficile que d'enfanter pour une primipare, entend-on souvent. L'accueil est des plus exécrables, en tout cas, trop loin de l'amabilité ou des règles de l'art. Le client n'y est pas du tout roi mais, sujet ou dérangeur à souhait. Si de surcroît, le problème de monnaie se pose alors cela devient pire que la merde. Un peu d'intelligence pourrait amener les premiers responsables à faire exactement comme la nationale des eaux : le report des montants à la facture prochaine surtout qu'au guichet de la SONABEL, on vous chantera toujours qu'il n'y a pas 10 FCFA sinon plus que cela à vous remettre. Quand on fait un calcul rapide de 10 FCFA par le nombre d'abonnés, alors cela constitue une masse considérable. D'ailleurs, n'eut été l'existence de la grille de protection, il n'est pas sûr que des clients n'auraient pas donné une bonne correction à ces gens qui n'ont que le mépris comme vocabulaire. La justice allait avoir de quoi se délecter : « coups et blessures volontaires » lors de conférences de presse à la va-vite.

Le hic, est que c'est en temps de chaleur et grâce au vocable délestage que les responsables de la SONABEL se découvrent meilleurs communicateurs devant les abonnés pour expliquer ceci ou cela. Et pour cause : elle a échoué dans toutes ses entreprises depuis sa défunte VOLTELEC. Le dernier échec en date est l'arrivée de ce mastodonte avec une campagne de communication tous azimuts qui devrait être installé à Komsilga pour résorber, pour de bon, la forte demande de consommation électrique en temps de chaleur. Beaucoup avaient applaudi pour cette grue surchargée qui se déplaçait à pas de tortue depuis les frontières ivoiriennes jusqu'à la capitale Ouagadougou. Les plus avertis imaginaient une arnaque orchestrée par des cupides, car le « théâtre » était trop beau pour être vrai. Les initiateurs savaient que c'était une nique. Il reste à nous révéler les gains de toute la chaîne de cette commande, car encore une fois, c'est le contribuable qui paye les incompétences/errements de nos gestionnaires.

C'est à la limite utopique de dire que dans deux mois le problème de délestage sera résolu. Tout le monde sait que dans deux mois, la saison hivernale va commencer alors, est-ce pertinent de « conférencer » sur cela ? D'ailleurs, c'est une situation récurrente et le problème n'est pas nouveau à la nationale de l'électricité car depuis que la SONABEL gère l'énergie, c'est la même chanson.

On nous a toujours enseigné que « dormir sur la natte du voisin, c'est identique à dormir à même le sol ». Pourquoi avoir réalisé une interconnexion avec la Côte d'ivoire ? Est-ce que sa population est statique ? Est-ce que sa demande d'énergie est linéaire pour espérer toujours disposer des Kilo watts demandés ? Est-ce que l'intégration tant chantée est la règle la mieux partagée ?

Ailleurs, on dénombre le nombre de familles privées d'électricité ; chez nous, on dénombre plus facilement le nombre de familles qui en disposent, car la norme au Faso, ce sont les délestages et on commence à s'y habituer surtout en période de chaleur et c'est aussi la période où on ne comprend absolument pas le montant de sa facture de consommation. Sur les 30 jours du mois, vous êtes un béni de Dieu, si vous avez l'électricité pendant 20 jours. Au cours de cette période, la consommation fait près le triple du montant habituel. C'est à se demander s'il n'y a pas de tripatouillage orchestré pour renflouer les caisses de la nationale de l'électricité ! Et s'il est vrai que la route du développement passe par le développement de la route, il sied de placer l'énergie électrique au c½ur de la roue du développement dans la mesure où l'économie tourne au ralenti pendant au moins deux bons mois.

Théodore KOUAMA

Sociologue/économiste

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes