mis à jour le

ON MURMURE : Un coureur de jupons déclaré persona non grata à Tangaye

Kantigui a eu vent d'une affaire de m½urs qui est en train de prendre des proportions inquiétantes dans la commune rurale de Tangaye, située dans la province du Yatenga.

BT et LT sont des amis de longue date vivant à Tangaye. Mais ce que BT ne savait pas, c'est que son ami LT entretenait discrètement, des relations intimes avec sa femme. Le jour où le pot-aux-roses a été découvert, BT s'était rendu nuitamment, dans la chambre de son épouse, en vue de remplir son devoir conjugal. A sa grande surprise, celle-ci n'y était pas. Elle était plutôt à quelque part, en pleins ébats sexuels avec l'ami de son mari. Revenue un peu plus tard, la dame, sous la pression de son conjoint, a été obligée de lâcher le morceau, en avouant qu'elle était chez LT. Les sources de Kantigui indiquent que ce dernier semblait ne pas être inquiété, quand les frères du mari cocufié ont essayé de lui faire entendre raison. C'est alors qu'il a été roué de coups et s'en est sorti avec des blessures. Ne s'avouant pas vaincu, LT convoque ses agresseurs à la gendarmerie de Ouahigouya où un terrain d'entente a été trouvé par la suite. Cependant, selon les informations de Kantigui, le camp du cocu ne serait pas prêt à respecter le compromis. De retour au village, les deux parties se regardent en chiens de faïence. LT s'est même vu interdire de fréquenter les lieux de culte et de passer devant certaines concessions. D'autres sources avancent que les propriétaires terriens s'apprêteraient à lui retirer tous ses champs d'exploitation agricole. La question qui taraude les esprits de nombre de personnes à Tangaye, est celle de savoir si LT, devenu indésirable, va quitter le village. Kantigui qui s'inquiète, d'ores et déjà, de la tournure qu'a prise cette affaire rocambolesque, ne peut qu'inviter les deux parties à cultiver les vertus de la paix et du pardon.


Le CDP « trahi » à Garango

L'opinion nationale se rappelle de « l'affaire Assibo Ouédraogo » qui a trahi son parti, l'UPC, lors de l'élection du maire du 5e arrondissement de Ouagadougou. Bien avant cette affaire qualifiée de traitrise, le CDP a été aussi victime d'un cas presque similaire, le 9 janvier 2013 à Garango. En effet, a-t-on appris à Kantigui, ce jour-là, un conseiller nouvellement élu de la CFD-B, un parti de la mouvance présidentielle, aurait trahi la convention signée entre sa formation politique et le CDP, en reportant les voix des conseillers de son parti au candidat de l'UPC qui prit la mairie, au détriment du parti au pouvoir, pourtant majoritaire. En effet, à la proclamation officielle des résultats des municipales dans la commune urbaine de Garango, le CDP est arrivé en tête avec 23 sièges, suivi de l'UPC, avec 21 sièges, la CFD-B, avec 7 sièges et l'ADF-RDA, avec 6 sièges.


Issoufou Saré aux commandes de la télévision BF1

Il est parvenu à Kantigui que la télévision BF1 vient d'avoir un directeur général en la personne de Issoufou Saré. Il devra être installé officiellement à la fin de ce mois de mars. Selon les sources de Kantigui, le nouveau directeur général de "La télé qui ose", issu de la promotion 1999/2000 du Département communication et journalisme de l'Université de Ouagadougou, est titulaire d'une maîtrise dans le domaine et d'un Master en gestion des industries culturelles de l'Université Senghor d'Alexandrie en Egypte. Ce jeune cadre supérieur avait notamment servi pendant 5 ans à Seydoni Production comme chargé de marketing, puis chef, du service promotion événementiel. Après, il a créé sa propre boîte « Sudicone » et était parallèlement responsable de la communication et du marketing du Carrefour international du théâtre de Ouagadougou (CITO). En 2011, Saré a publié un livre « Création et développement des entreprises du disque au Burkina Faso : enjeux, difficultés et perspectives » aux Editions universitaires européennes. Il a été soufflé à l'oreille de Kantigui que le conseil d'administration de "La télé qui ose", présidé par Lansiné Diawara a misé sur la jeunesse en choisissant un jeune qui a fait ses armes dans le milieu médiatique et culturel. Le nouveau directeur général a déjà en poche son projet pour « révolutionner » BF1, au grand plaisir du public de tous les âges et de tous les secteurs d'activités. Il n'attendrait plus que le feu vert du conseil d'administration.


Le Balkuy Naaba Sonré célèbre ses 12 ans de règne

Kantigui a appris, au détour d'une conversation avec un chef traditionnel, que le Balkuy Naaba Sonré célébrera les 23 et 24 mars 2013 dans l'enceinte de son palais, sa fête coutumière annuelle, appelée Basga chez les Mosse du Centre. Selon la même source, plusieurs activités marqueront cette manifestation. Il s'agit notamment d'une soirée d'animation culturelle et de la prise du « dolo » (boisson faite à base de mil). L'édition 2013 marquera aussi les douze ans de règne (2001- 2013) du Naaba Sonré qui signifie en langue nationale mooré « L'argent blanc a besoin des rayons du soleil levant pour briller ». Kantigui souhaite au Balkuy Naaba Sonré un long règne dans la santé et la paix dans son royaume.


L'ambassade du Japon octroie plus de 46 millions à une association

Kantigui a ouï dire que l'ambassade du Japon au Burkina Faso, procédera ce jour mercredi 20 mars 2013, à la remise d'un don de 46 105 249 FCFA à l'Association Sainte Thérèse de l'enfant Jésus. Cette aide s'inscrit dans le cadre de la coopération intitulée : « Dons aux microprojets locaux contribuant à la sécurité humaine », initiée par la représentation diplomatique nippone. Selon les sources de Kantigui, cette somme servira à l'exécution du « projet d'amélioration du centre médical Sainte Thérèse de Ouagadougou » de ladite association. Grâce à ce soutien, ce nouveau centre médical sera désormais, doté de nouvelles infrastructures et du matériel de laboratoire, en vue de contribuer davantage à la prise en charge des patients.


Djibrill Bassolé rencontre les ambassadeurs de l'OCI

Selon les sources de Kantigui, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération régionale, Djibrill Bassolé rencontrera le jeudi 21 mars 2013 à Ouagadougou, les ambassadeurs des pays de l'Organisation de la conférence islamique (OCI). Il s'agira pour le ministre Bassolé, récemment nommé représentant spécial de l'OCI pour le Sahel et le Mali, de présenter sa mission et de montrer sa disponibilité à travailler avec les ambassadeurs des pays membres accrédités dans la capitale burkinabè. Par ailleurs, il est revenu à Kantigui que Djibrill Bassolé se rendra du 23 au 26 mars prochain, à Djeddah en Arabie Saoudite au siège de l'OCI pour échanger sur la mission à lui confiée. Selon les indiscrétions captées par Kantigui, le ministre en charge des Affaires étrangères et représentant du médiateur, le président du Faso dans la résolution de plusieurs crises, effectue sa mission de représentant de l'OCI à titre honorifique et sans rémunération aucune.


A quand la mise en place du conseil municipal de Boussé ?

L'élection des conseils municipaux dans les différentes communes du Kourwéogo est terminée et l'on s'attelle à l'installation officielle des nouveaux élus. La commune de Niou ayant ouvert le bal le samedi 16 mars dernier, avec l'installation de Ousmane Diallo. Dans cette dynamique, a-t-on appris à Kantigui, il y a bien une commune dans laquelle l'incertitude règne toujours. Il s'agit de la commune urbaine de Boussé où des voix discordantes se font de plus en plus persistantes sur le mode du choix du maire. Conséquence, une bonne partie des conseillers a purement boycotté la première convocation du préfet, le 7 mars dernier. En effet, sur les 43 conseillers, seuls 19 avaient répondu à l'appel de l'autorité départementale. Ainsi, tout se passerait de report en report. Ce combat oppose deux camps d'un même parti, a-t-on dit à Kantigui. Les protagonistes se seraient retrouvés au siège du parti, sur Kwamé N'krumah, pour trouver une solution à cette impasse. Parviendront-ils à la paix des braves ? En tous les cas, c'est le mieux que Kantigui souhaite, surtout que Boussé a besoin d'acteurs qui veulent vraiment son développement et non de querelles de clans interminables.


La cinquième édition du tournoi de tennis de Koudougou pour le 1er avril

La persévérance est une vertu pour mener à bien ce qui vous tient à c½ur. C'est pourquoi Kantigui se réjouit de cette ténacité des jeunes tennismen de Koudougou, qui tiennent à maintenir haut le flambeau de ce sport noble dans la région du Centre-Ouest. Malgré des moyens très limités, ils organisent de façon consécutive, la cinquième édition du tournoi international de tennis de Koudougou. En effet, selon les informations parvenues à Kantigui, c'est le 1er avril que s'ouvre le tournoi sur le terrain de l'ex-foyer des ouvriers de Faso Fani. Pendant une semaine, en plus des compétitions qui vont désigner les champions des quatre catégories, les enfants seront initiés au tennis. Les adultes qui le souhaitent, pourront aussi apprendre les règles de ce sport. C'est le dimanche 7 avril 2013, selon la source de Kantigui, que les finalistes vont croiser les raquettes. Cette cinquième édition est placée sous le patronage de l'édile de Koudougou et le parrainage du président du Comité national olympique et des sports burkinabè. Des joueurs viendront des quatre coins du Burkina et de la Belgique pour s'arracher le trophée. Les promoteurs Thierry Yaméogo et Martin Cousin sont convaincus que l'éducation passe par le sport. C'est pourquoi ils ont besoin du soutien de tous pour la pérennisation de ce tournoi qui fait la fierté des Koudougoulais. Aussi, ils invitent tous les fils et filles de Koudougou, par le truchement de l'Association des ressortissants de la région du Centre-Ouest (ARCO), à faire le déplacement du 7 avril pour soutenir les jeunes frères qui font déjà la fierté de la région.

Kantigui

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes