mis à jour le

Me Kassoum Tapo, candidat à la candidature de l’Adema pour la présidentielle du 7 juillet prochain « Cette campagne sera celle de la vérité »

Me Kassoum Tapo

L'honorable Kassoum Tapo, 4ème vice-président de l'Adema-PASJ a déposé le 8 mars sa candidature à la candidature de l'Adema pour l'élection présidentielle 2013. Mais l'annonce officielle de sa candidature a été faite, le week-end dernier, à la presse à son domicile à Titibougou. C'était en présence de nombreux jeunes du quartier, de sa famille, ses amis et des représentants de la section Adema de Mopti.

Samedi 9 mars à Titibougou. Il est 16h 45mn. Me Tapo, habillé d'un tee-shirt aux couleurs du parti, est accompagné par une poignée d'hôtesses vers le pupitre installé au bord de la piscine. Après les mots de bienvenu du maitre de cérémonie, la cérémonie proprement dite commence par une déclaration liminaire, lue par Me Tapo. Une déclaration qui n'est autre que sa lettre de candidature à la candidature.

Selon lui, le 8 mars, journée internationale de la femme, a été choisie pour une raison : rendre hommage à sa mère et à toutes les femmes. Mais aussi, pour rendre hommage à sa famille, sa « seule richesse ». Il indique que son choix de briguer la magistrature suprême a été accepté, d'abord, au sein de sa famille. Dans son exposé, il a dressé le bilan politique de notre pays et de son parti, l'Adema-PASJ. Bilan marqué, selon lui, par des succès ; mais aussi de « difficultés, des erreurs, des hésitations, des doutes et mêmes des fautes ».

Mais il est d'avis que notre démocratie a besoin d'être consolidée. D'où sa candidature à la candidature de l'Adema pour l'élection présidentielle de 2013 dont le premier tour est prévu pour le 7 juillet prochain.  «Ma motivation s'explique par le contexte politique du pays. Je veux apporter ma contribution à la construction d'un Mali nouveau» a-t-il déclaré. A l'en croire, son ambition de briguer, un jour, la magistrature suprême ne date d'aujourd'hui. « Il y a un moment pour tout. Et je pense que je ne me trompe pas de moment » a-t-il indiqué.

Les journalistes qui avaient massivement fait le déplacement à ce cocktail de presse  lui ont posé des questions. Notamment, sur les multiples candidatures au sein de l'Adema, sur la cohésion et l'unité au sein du parti, sur ses éventuels soutiens, sur son programme de société... Mais aussi et surtout, sur l'interpellation de Boukary Dao, directeur de publication du journal Républicain.

Les multiples candidatures au sein de l'adema ne sont-elles des signes de division au sein du parti ? Pour   Me Tapo, même si les cas de scission du parti en 1997, 2002 et en 2007 sont encore frais dans les esprits, tout laisse à penser que la «Ruche» ne sortira pas indemne des  primaires. Quand on sait que les veilles d'élection présidentielle ont été toujours des moments difficiles au sein de l'Adema. Cependant, Me Tapo espère que l'élection présidentielle de 2013 fera l'exception. « L'Adema est un parti qui a souvent réservé des surprises. La preuve, en 2012, nul ne savait que tout le peuple Adema s'alignerait derrière la candidature de Dioncounda Traoré » a t-il indiqué. Avant d'ajouter que dans un grand parti comme l'Adema, il est normal que des militants sollicitent sa candidature pour briguer la magistrature suprême. Mais l'essentiel, dit-il, c'est de préserver l'unité et la cohésion au sein du parti. Et c'est ce double défi, qu'il entend relever en faisant acte de candidature. Aussi, il lance un appel à tous les candidats aux primaires afin qu'ils s'apprêtent à affronter toutes les éventualités. Me Tapo, se dit prêt au cas où sa candidature n'est pas retenue, à s'aligner  derrière le candidat qui sera choisi. Pour le reste, il est formel : « aucune tentative d'intimidation ne me fera reculer. Sauf la décision du comité exécutif ».

La candidature de l'ex -Premier ministre, Modibo Sidibé au sein de l'Adema-PASJ

Selon lui, la question a été déjà tranchée en 2002 par Pr Dioncounda Traoré. « Modibo Sidibé n'à jamais milité à l'ADEMA. Il ne sera pas candidat de l'Adema » avait-il tranché.  Pour Me Tapo Ce sera très surprenant que Modibo Sidibé soit retenu candidat de l'Adema à l'élection présidentielle de 2013. Le règlement intérieur du parti, indique t-il, ne souffre d'aucune ambigüité.  Pour être candidat de l'Adema à la présidentielle, il faut être membre actif du bureau exécutif pendant au moins trois ans.

Son  programme pour le Mali ?

Il répond que cette campagne sera celle de la vérité. Avant d'ajouter que son programme, pour le Mali, ne sera autre que le projet de société actualisé de l'Adema.

Abordant la question de l'interpellation du directeur de publication du Républicain, Me Kassoum Tapo dira que c'est triste que des journalistes soient, illégalement, arrêtés dans un Etat qui se dit démocratique. Il rappelle que l'on ne saurait parler d'Etat de droit sans liberté de la presse. Les arrestations arbitraires de nombreuses personnalités, font dire à Me Tapo que la révision des textes de la Sécurité d'Etat s'impose. En tout cas, il promet d'en faire une proposition à l'Assemblée nationale, dès l'ouverture de la prochaine session.

La cérémonie a été émaillée par les témoignages des représentants de la section Adema de Mopti. Ceux-ci  rassurent Me Kassoum Tapo du soutien effectif des militants de la section Adema de Mopti. Un soutien qui s'explique, selon eux, par « le sérieux, le patriotisme, la promptitude, l'objectivité  et l'opiniâtreté » qui caractérise Me Tapo. Ce soutien de Mopti et de beaucoup d'autres cadres du parti à Bamako font dire que le 4ème vice-président du parti est bien parti.

Abou BERTHE

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé