mis à jour le

Droit de réponse : Monsieur le Directeur de la Publication du Journal ‘‘Le Canard déchaîné’’

Oumou Sall Seck

J'ai constaté à la Une de votre édition du mercredi 6 mars 2013 ma photo illustrant l'article : « Goundam : les dons de la Croix Rouge détournés et vendus sur le marché noir ». J'en suis d'autant plus étonnée que je ne suis ni près ni de loin concernée par une telle affaire.

La Croix rouge malienne est certes l'un des partenaires sûrs de notre commune mais depuis le début de la crise, contrairement à vos allégations, elle n'a jamais intervenu dans l'humanitaire à Goundam. Mieux, pour votre information, les partenaires qui interviennent ne collaborent jamais directement avec un individu (qu'il soit élu ou simple citoyen).

Leur interface est et demeure un organe collégial, à savoir le Comité de Crise composé des représentants de la Mairie, du Conseil le Cercle, des imams, des chefs de quartier, des conseillers de quartiers. S'y ajoutent les représentants des femmes et des jeunes.

C'est ce Comité de Crise qui assure la distribution des dons sous la supervision des donateurs disposant à cet égard de la liste de tous les ménages bénéficiaires. Et sachez que également c'est quartier par quartier que s'effectue la distribution proprement dite sous la houlette des chefs de quartiers.

Je compte donc sur votre bonne compréhension pour publier ce droit de réponse conformément à l'éthique et la déontologie caractérisant l'exercice de votre si noble profession.

Avec tous mes respects

Oumou Sall Seck, Maire de la Commune Urbaine de Goundam

 

Pas si vite Mme le Maire !

Nous prénoms acte de votre droit de réponse. Cependant, nous restons sur notre fin quant au fond de l'article : le détournement des dons, destinés aux populations, par les conseillers de quartiers.

Le maire de Goundam aurait dû s'informer auprès de ses « électeurs » de Goundam -du moins, si elle en a encore là -bas -, avant de qualifier nos propos d'«allégations». Mais comme on le voit, l'essentiel a été sacrifié sur l'autel de l'accessoire.

Nulle part dans cet article, nous n'avons cité, ni le nom du maire, ni sa fonction. Ce sont les conseillers de quartiers sont accusés d'avoir détourné ces dons. Avant de les revendre sur le marché noir.

Et si nous avons illustré cet article avec sa photo, c'était juste pour attirer son attention sur ces faits gravissimes. Et, du coup, l'amener à prendre les mesures idoines pour mettre fin à ces pratiques. Comme tout bon maire est censé le faire.

Pour le reste, Mme Seck Oumou Sall peut être rassurée : nous n'en voulons pas à sa vertu. Mais nous continuerons à dénoncer toutes les magouilles, dont les populations de Goundam seront victimes.

Car, nous ne sommes pas du genre à jeter le manche après la cognée.

Oumar Babi

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé