mis à jour le

Un marché d'Alger le 10 janvier 2011. FAYEZ NURELDINE / AFP
Un marché d'Alger le 10 janvier 2011. FAYEZ NURELDINE / AFP

Les Algériens vivent une «misère sexuelle extraordinaire»

Les nombreux cas d'enlèvements et de harcèlements révèlent des maux de la société algérienne: misère sexuelle, drogue et mal-logement.

Haroun et Ibrahim avaient respectivement 10 et 9 ans. Après avoir disparu pendant plusieurs jours, leurs corps mutilés ont été retrouvés sans vie à Constantine, ville désormais meurtrie par ce drame. A la consternation s'ajoute évidemment l'incompréhension.

«Comment peut-on s’en prendre de la sorte à deux gamins innocents, pleins de vie et qui n’ont jamais fait de mal à une mouche», s’insurge Seïf Ghanem-Lakehal, un employé dans une entreprise privée.

Le 17 mars, des milliers de jeunes se sont rassemblés dans le centre-ville de Constantine pour crier leur colère et leur volonté de voir les responsables de ce crime jugés. La foule chauffée à blanc réclamait même la mort des assassins.

Une réclamation jugée «mauvaise» et «facile» par le sociologue algérien  Nacer Djabi.

«La solution pour eux serait donc d’éliminer les deux tueurs et qu’on n’en parle plus», ajoute-t-il.

D’après lui, il est nécessaire que le pouvoir politique s’intéresse à la misère des jeunes, celle qui peut pousser à commettre de tels actes: la drogue, la gestion des villes et la misère sexuelle. Les kidnappings d'enfants, les viols, les agressions sexuelles et les assassinats révèlent que les Algériens «vivent une misère sexuelle extraordinaire», analyse-t-il dans un entretien accordé au site d’information Tout sur l’Algérie.

«Il ne faut pas se voiler la face. L’Algérien n’arrive plus à se marier et à satisfaire ses besoins sexuels dans un cadre plus ou moins légitime. Donc, la perversion se manifeste de plusieurs manières, dont la méchanceté et l’agression contre les femmes. On vit dans une société où les gens qui n’ont pas d’argent, de voitures ou d’appartements vivent une misère sexuelle extraordinaire.»

Une analyse saluée par l’éditorialiste du quotidien Liberté qui regrette toutefois que le pouvoir politique prenne seulement des mesures d’urgences. Or les maux de la société algérienne sont tenaces et demanderaient une politique publique plus «réaliste».

«Quand un savant parle et dit qu'il faut avoir une politique claire contre la drogue, régler le problème sexuel des Algériens et humaniser ces quartiers qu’on construit, tout le monde feint de ne pas avoir entendu. Pourtant, ce que rappelait le professeur Nacer Djabi, sur Tsa-algérie.com, semble d’une frappante évidence.» 

Lu sur TSA, Liberté Algérie

N.B

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

violences

AFP

Centrafrique: nouvelles violences

Centrafrique: nouvelles violences

AFP

Sénégal: les manifestations sportives suspendues après des violences mortelles dans un stade

Sénégal: les manifestations sportives suspendues après des violences mortelles dans un stade

AFP

Elections kényanes: l'UE met en garde contre de possibles violences

Elections kényanes: l'UE met en garde contre de possibles violences

viols

AFP

Viols d'humanitaires

Viols d'humanitaires

AFP

Soldats accusés de viols en Centrafrique: des associations dénoncent l'instruction

Soldats accusés de viols en Centrafrique: des associations dénoncent l'instruction

AFP

Nigéria: HRW accuse des responsables de viols sur des victimes de Boko Haram

Nigéria: HRW accuse des responsables de viols sur des victimes de Boko Haram

femmes

AFP

Ouganda: restrictions vestimentaires pour les femmes fonctionnaires

Ouganda: restrictions vestimentaires pour les femmes fonctionnaires

AFP

Niger: 37 femmes enlevées et 9 personnes tuées par Boko Haram

Niger: 37 femmes enlevées et 9 personnes tuées par Boko Haram

AFP

Festival d'Avignon: l'Afrique et les femmes en vedettes du 6 au 26 juillet

Festival d'Avignon: l'Afrique et les femmes en vedettes du 6 au 26 juillet