mis à jour le

Libasse Sy, frère aîné de Tyson Junior « A deux jour de son décès… »

Les morts ne sont pas morts. Cet adage s'est vérifié, hier 19 mars, anniversaire de la disparition de Djiby Sy alias Tyson Junior. Le défunt champion qui a eu trois ans sous terre, reste intact dans les souvenirs. Très proche de lui de son vivant, son grand frère Libasse a tenu à nous dire qui était cet athlète aux qualités physique hors normes. Entretien.

Parlez-nous de Tyson Junior...

C'était mon frère cadet. Il venait juste après moi, ce qui faisait qu'on était amis. On était inséparables, c'est sa mort qui nous a séparés. C'était quelqu'un de très jovial. Tout le monde le connaissait avec son légendaire sourire. Il était d'un commerce facile avec tout le monde.
C'était la mascotte de Pikine, il faisait partie du décor car, tout le monde le reconnaissait à son physique impressionnant. C'est pourquoi sa disparition a provoqué un immense vide.
C'était surtout l'ami des petits enfants. Ce qui me frappait chez lui, c'est son humilité, malgré son statut de champion. C'était tout simplement quelqu'un de bien.


Quel rôle aviez-vous dans sa carrière de lutteur ?


Quand il démarrait sa carrière, j'étais en Côte d'Ivoire. J'ai assisté à son troisième combat contre Simel Faye. Moi, je ne maitrisais pas trop les secrets de la lutte. J'avais déjà trouvé un staff sur place. Je ne lui venais qu'en appoint, surtout, sur le plan de l'organisation de ses combats. J'étais là pour combler ce qui manquait car, je ne pouvais aussi rester les bras croisés, c'est mon petit frère.



Racontez-nous vos derniers moments ensemble


J'avais un réveil car, je me levais très tôt pour aller travailler, au moment où il revenait juste de ses entraînements. Cela le dérangeait. Il me taquinait souvent en me disant : «arrête ton magnétophone, je dors». Jusqu'au jour qui a précédé son décès, c'est lui qui m'a réveillé, comme d'habitude. On m'a informé qu'il avait fait un malaise et qu'on l'a transporté à l'hôpital. A la descente, je suis parti le voir. Le lendemain vendredi, j'ai eu un coup de fil au boulot vers 13 heures, me disant qu'il était parti sur la pointe des pieds. C'était un jour très difficile pour moi car, c'était trop brusque et brutal. C'était inattendu car, deux jours avant son décès, il avait fait une visite médicale qui n'a rien décelé. Il ne présentait aucun signe de maladie mais, Dieu l'a voulu ainsi.



Tyson Junior avait beaucoup d'amis, parmi les lutteurs Pikinois dont Tyson et Eumeu Sène. Est-ce que ces derniers maintiennent toujours les relations ?


Il était sympathique avec tout le monde. Tous les lutteurs étaient ses amis, notamment, ceux de Pikine. Tout le monde connaissait la sympathie qu'il avait pour Mouhammed Ndao Tyson. C'est pourquoi il a porté son nom. A son décès, tous les lutteurs étaient présents, sans exception. Toute l'arène a compati à notre douleur. Il y'avait un très grand combat, le lendemain mais, tout le monde était là le jour de son enterrement. Balla Gaye 2 et Modou Lo qui devaient s'affronter sont venus, le lundi, c'était très fort pour la famille.
Mais, certains lutteurs de Pikine continuent toujours de maintenir les relations avec la famille. Ama Baldé vient souvent ici. Même avant son dernier combat, il était venu nous rendre visite. Mais, mention spéciale surtout à Eumeu Sène. Voilà un mec vraiment extraordinaire. Il nous prouve, tous les jours, l'amitié qu'il avait pour mon frère. Il est toujours présent. C'est plus que son ami, c'est son frère.


Quelle carrière aurait-il eu, s'il était encore de ce monde ?

Mon frère était un grand champion, je savais de quoi il était capable et je pèse bien mes mots car, depuis qu'on est petit, on partage la même chambre. Personne ne le connait mieux que moi. Il avait une force surnaturelle. Il était une véritable force de la nature. Sur ce plan là seulement, personne n'était plus fort que lui dans l'arène, j'en suis sûr.
Peut-être, c'est le côté mystique qui lui manquait. Cela ne veut pas dire qu'il négligeait le mystique. Il ne connaissait pas les secrets, comme certains lutteurs. Il n'avait pas cette chance d'avoir un bon encadrement sur le plan mystique et ça l'a défavorisé. S'il était au top mystiquement, il allait tenir l'arène à sa merci. C'est au moment où il a pris conscience de la nécessité de se blinder mystiquement qu'il a perdu la vie.

Réalisé par Amadou L. MBAYE
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye