mis à jour le

Mamadou Ndoye : ‘’L’éclatement du mouvement syndical est source de surenchère’’

L'éclatement du mouvement syndical est ''source de surenchère sur le plan revendicatif'', a soutenu l'ancien ministre de l'Education nationale, Mamadou Ndoye, interrogé sur la situation de l'école sénégalaise, mardi à Dakar, en marge de la clôture de la Consultation mondiale sur l'éducation, en perspective de l'élaboration de l'agenda de développement post 2015. ''Le mouvement syndical est si
éclaté et évidemment avec la compétition, cela donne des surenchères sur le plan revendicatif'', a dit M. Ndoye, expert dans le domaine de l'éducation et consultant dans le processus d'élaboration de cet agenda post 2015. ''Cela produit une sorte d'anarchie, parce qu'on ne peut pas négocier avec mille syndicats. Il faut que le mouvement syndical du secteur de l'enseignement se réunifie pour qu'on puisse avoir un interlocuteur crédible qui se sent responsable'', a-t-il souligné. Mamadou Ndoye a affirmé que ''l'Etat ne dispose pas à l'heure actuelle de cet interlocuteur'', avant d'ajouter : ''notre pays avait un gouvernement assez irresponsable''. Pour l'ancien ministre, ''lorsqu'on a une fonction publique où les travailleurs sont recrutés et rémunérés par catégorie selon le niveau d'études et de
formation, un gouvernement ne doit pas chambouler cette structuration et susciter ainsi des problèmes de revendication''. ''ll y avait des règles et le gouvernement de la première alternance
(2000 - 2012) les a complètement brisées, en ouvrant la boîte de pandores'', selon Mamadou Ndoye.
''Les mouvements syndicaux ont fait des pressions et la seule arme du gouvernement a été de faire des promesses qu'il savait ne pas pouvoir tenir et à chaque fois il y a des grèves pour dire que ces engagements n'ont pas été respectés'', a fait valoir M. Ndoye. ''Nous sommes dans un cycle et
il faudra à un moment ou à un autre arrêter, parce que cela détruit l'école sénégalaise'', a-til relevé.
Sur les possibles solutions, Mamadou Ndoye s'empresse de préciser que ce n'est pas de son
ressort d'en trouver, il s'agissait juste ''d'analyser les causes à partir desquelles des consultations
larges doivent être faites pour discuter de la solution la plus réaliste et la plus faisable''. ''Si on continue dans cette voie en donnant encore d'autres promesses qui ne sont pas réalisables, ce sera une instabilité permanente de l'espace scolaire'', soutient l'ancien ministre de l'Education sous Diouf.
A propos de la tenue des assises nationales, Mamadou Ndoye estime que ''c'est un problème''.
Selon lui, ''on ne peut pas faire des assises nationales tant qu'un diagnostic sérieux du secteur de
l'éducation n'est pas fait. ''Vous réunissez tout ce monde sans au préalable faire un diagnostic, sans savoir les vrais problèmes à régler. Vus ne savez pas face à ces problèmes, quelles sont les options possibles, le travail d'évaluation n'est pas fait, les assises ne seront qu'une grande anarchie'', a-t-il souligné. C'est pourquoi il estime que c'est ''un problème de responsabilité de tous les côtés aussi bien celui de l'Etat que du mouvement syndical de régler définitivement les problèmes de grèves
cycliques''. Le Cadre unitaire des syndicats de l'enseignement a lancé un mot de grève ce mardi et mercredi pour exiger le respect des accords signés en 2006 avec le gouvernement.
Aps

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye