SlateAfrique

mis à jour le

L'Italie n'a (presque) plus peur de Mogadiscio

La Somalie, pays hostile aux ambassades étrangères? La guerre civile qui dure depuis 20 ans a fait fuir les représentants internationaux les uns après les autres.

Pourtant, l’Italie vient de déclarer vouloir rouvrir son ambassade à Mogadiscio, fermée depuis l’embrasement des conflits en 1993 à cause de la montée en puissance des shebab, ces islamistes radicaux proches d'al-Qaida.

Lundi 11 juillet, Alfredo Mantica, vice-ministre italien des Affaires étrangères, s’est rendu à Mogadiscio, la capitale, afin des rencontrer les dirigeants du pays, dont le président Sharif Sheikh Ahmed. Le Corriere della Sera est revenu le soir même sur cette visite diplomatique qui se veut encourageante.

«En octobre […] nous ouvrirons une ambassade à Mogadiscio dans la zone protégée de l’aéroport: nous, les Britanniques et l’Union européenne. J’ai visité la zone et elle me paraît bien protégée», déclarait Mantica.

Une prévision qui dépend bien sûr de la situation en Somalie, en particulier de la présence d’islamistes radicaux à Mogadiscio.

«Toute la ville de Mogadiscio sera libérée des shebab [...] d’ici quelques semaines. Depuis quelques mois, les soldats et les dirigeants de l’armée somalienne sont payés et ils se battent actuellement avec beaucoup de courage et de détermination», a affirmé le président somalien.

Toutes les ambassades autrefois installées à Mogadiscio se trouvent aujourd'hui à Nairobi, au Kenya —à l’instar du consulat français, transféré en juin 1993 à cause de la montée en puissance des shebab.

Un retour des ambassades, des Nations unies et des sièges d’organisations internationales était d’ores et déjà prévu dans quelques zones somaliennes pour octobre 2010, à la suite d’une décision de Ban Ki-Moon, secrétaire général des Nations unies.

Des prévisions vraisemblablement retardées à cause de l’insécurité extrême liée aux shebab. A cette époque, l’Italie se serait d'ores et déjà située en première ligne pour un retour diplomatique en Somalie. Comme le soulignait Globalpress, le 11 août 2010:

«L’Italie pourrait même être le premier gouvernement à mettre de nouveau les pieds dans une Somalie aujourd’hui encore déchirée par des conflits internes.»

Lu sur Corriere della Sera