mis à jour le

INTIFADA A L'UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU : Le Premier ministre face à la colère des étudiants

Luc Adophe Tiao était attendu de pied ferme par les étudiants de l'université de Ouagadougou. Lundi 18 mars 2013, sa visite s'est finalement achevée en une course poursuite. Et le chef du gouvernement n'a pu se tirer d'affaire que grâce à la dextérité de son chauffeur...

Les traces de pneus brûlés aux alentours de l'université de Ouagadougou étaient encore visibles. De même que les cailloux qui jonchent la voix, témoignant de la vive tension qui a régné en cette matinée du 18 mars 2013.

De fait, Luc Adolphe Tiao qui a souhaité rencontrer en personne les acteurs du monde universitaire conformément aux engagements contenus dans sa déclaration de politique générale, s'est heurté à une forte hostilité de la part des étudiants. Ces derniers ont sans aucun doute gagné leur pari : celui de troubler l'évènement.

Et même qu'ils ont mis à rude épreuve le service de sécurité du Premier ministre ; LAT a-t-il souhaité pour la circonstance comme on le susurre, la mise en place d'un dispositif allégé autour de sa visite ? A l'évidence oui.

Du reste, selon nos informations, quelques ''Hommes'' de tenue se tenaient en alerte, prêts à intervenir au cas où...

Que reprochent-ils à Luc Adolphe Tiao ?

Quelques étudiants que nous avons pu joindre sur le site de l'Université expliquent les raisons du déchaînement de colère sur le Premier ministre. Elles se résument en quelques mots : Frustration, incompréhension et manque de volonté politique.

L'adrénaline monte lorsqu'une foule d'étudiants qui n'a pu accéder à l'intérieur de l'amphithéâtre ou le Premier ministre prononçait son discours, apprend que des décorations sont en train d'être décernées à des personnalités à l'intérieur.

A écouter les plaignants, l'heure devrait plutôt être à la recherche de solutions aux difficultés actuelles qu'à des actes qu'ils assimilent à de l'autocongratulation.

D'autres encore ajoutent qu'en se jouant de l'électricité, ils ont voulu montrer au visiteur d'une matinée, les conditions réelles dans lesquelles ils évoluent. De ce fait, ils estiment avoir été lésés voire déconsidérés.

Plus tard dans la soirée, c'est à travers des sms que les étudiants s'informaient de ce qu'ils appelaient entre eux, ''la fuite du Premier ministre Tiao'' sous les hués des étudiants.

Pour une sortie de crise à l'Université de Ouagadougou

Après avoir ainsi essuyé des jets de pierre de la part des étudiants, le Chef du gouvernement et sa délégation ont revu leur programme initial. Finalement, c'est à la primature que les échanges se sont poursuivis.

Le Premier ministre a ainsi mis sur la table des propositions de sortie de crise parmi lesquelles le blanchiment technique de l'année académique, une meilleure évaluation du système LMD pour le relancer, l'accès aux technologies de l'information et de la communication, l'achèvement rapide des infrastructures toujours en construction, l'octroi des allocations sociales...

Reste à savoir si toutes ces mesures contribueront effectivement à ramener la quiétude dans les salles de cours.

Juvénal SOME

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes