mis à jour le

SEPT MILLIARDS DE TAIWAN : La vérité sur un deal

La piste sur laquelle Thierno Lô a mis Pierre Edouard Faye lors de son dernier passage à l'émission Opinion sur Walf Tv, a propos des sept milliards taïwanais, mène à Youssou Diagne, ancien ambassadeur du Sénégal dans ce pays. C'est ce proche d'Idrissa Seck qui aurait effectivement «câblé» ce «grand communicateur» de l'entourage du président Wade dont parle Thierno Lô.

L'ancien ministre du Tourisme, Thierno Lô, avait soutenu que l'affaire des sept milliards du fonds taïwanais risquait d'impliquer un proche de Idrissa Seck qui avait lui-même exhumé ce dossier à la veille de l'élection présidentielle de février dernier. Les investigations menées par Wal Fadjri donnent raison à Thierno Lô. Elles ont, en effet, permis d'apprendre qu'effectivement, un lieutenant de M. Seck, en l'occurrence l'ancien président de l'Assemblée nationale, Youssou Diagne, est au c½ur de ce scandale. En sa qualité d'ancien ambassadeur du Sénégal à Taïwan, il a été briefé par les autorités de ce pays lors de son départ juste après la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays suite à la reconnaissance de la Chine continentale par Abdoulaye Wade. Ce, un an après avoir encaissé les sept milliards.

Selon des sources bien au fait de ce dossier, c'est l'ancien président de l'Assemblée nationale qui a vendu la mèche à son retour au pays. Période qui coïncide avec la disgrâce de son mentor, Idrissa Seck, auprès de l'ancien chef de l'Etat, Me Abdoulaye Wade. M. Diagne qui a, en vain, cherché à rencontrer Wade, aurait, selon nos sources, contacté ce «grand communicateur dans l'entourage de l'actuel chef de l'Etat», auquel faisait allusion Thierno Lô, pour lui livrer le contenu du dossier. Ce dernier, approché par le directeur de cabinet du président de la République d'alors, Souleymane Ndéné Ndiaye, au courant de ces investigations du fameux communicateur, aurait «contraint» Wade à rapatrier l'argent pour qu'il serve au pays en contrepartie de son silence. Un «pacte» que l'ancien chef de l'Etat a accepté en l'annonçant, dès le Conseil des ministres qui a suivi cette entrevue à trois (le «communicateur», Wade et Souleymane Ndéné Ndiaye). Il a, selon nos sources, informé le Conseil du «don personnel de 14 millions de dollars» (l'autre million a servi à payer la commission de Aïm, Ndlr) qu'il a reçu et qu'il a décidé de réinvestir dans les secteurs sociaux. Sans préciser l'origine de l'argent. Et son Premier ministre de l'époque, Macky Sall, n'en sera informé que quelques minutes plus tôt. C'est-à-dire, lorsqu'il est venu prendre le chef de l'Etat pour aller à cette réunion du gouvernement, comme il est de tradition.

Mais, cet argent tombé du ciel ne pouvait pas emprunter si facilement les circuits du Trésor public. Et le ministre des Finances d'alors, Abdoulaye Diop, a opposé son veto. Il aurait fait comprendre au chef de l'Etat qu'il ne pouvait pas loger des fonds dont il ignorait l'origine au Trésor public. Qu'à cela ne tienne ! Un compte a donc été ouvert dans une banque de la place. Et un appel à projets lancé pour tous les ministères. C'est ainsi que cet argent a permis de financer l'achat de camions frigorifiques, de véhicules au profit de groupements de femmes, entre autres.Ce problème réglé, il fallait «gérer» le cas Youssou Diagne qui a été le dindon de la farce dans ce jeu de haute voltige. Ce dernier sera finalement récompensé par un poste de président du Conseil d'administration de l'Apix.

«Thierno Lô ne sait rien du dossier»

Joint par Wal fadjri, il n'a voulu ni confirmer ni infirmer nos sources, se contentant de flinguer Thierno Lô. «Il ne sait rien du dossier», rétorque l'ancien président de l'Assemblée nationale. Qui, se réfugiant derrière sa casquette d'ancien diplomate, n'a pas voulu trop s'avancer sur cette affaire. Il s'est contenté de renvoyer Wal Fadjri vers la direction de son parti. Sachant que Taïwan, en quête de reconnaissance internationale dans son bras de fer avec la Chine continentale, utilisait la diplomatie du portefeuille, en débloquant beaucoup d'argent, les autorités sénégalaises de l'époque avaient sollicité de l'argent auprès de ce pays. Tombés d'accord sur le principe, les taïwanais ont demandé à la partie sénégalaise des justifications à donner à leurs services financiers pour le versement d'une enveloppe de 15 millions de dollars (environ sept milliards de francs Cfa).

Et Wade, qui avait demandé cet argent au nom du Sénégal, leur a indiqué de l'inscrire dans le registre de la construction de logements sociaux. Mais, «c'est de l'argent de la corruption destiné à maintenir le Sénégal dans le cercle des pays qui ont reconnu Taïwan», souffle une source proche du dossier. Qui signale que l'argent a été viré en trois tranches de cinq millions de dollars dans le compte de l'entreprise Fitem entreprises limited, à la Société générale de banques de Nicosie (Chypre). La Fitem entreprises limited appartiendrait à Jérôme Godart, un proche de la famille Wade. Et c'est l'homme d'affaires, Pierre Aïm, qui a signé la décharge, moyennant une commission de 1 million de dollars (environ 500 millions Cfa) qu'il a logée dans le compte de son fils, Emmanuel, à la Bank of America.

Seyni DIOP Walfadjiri

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye