mis à jour le

La justice française rend possible l'ouverture d'une enquête contre la présidence camerounaise

Une plainte contre le chef de l'État du Cameroun, Paul Biya, et d'autres responsables pour des faits "torture, d'actes de barbarie et de détention arbitraire" a été jugée recevable par la Cour de cassation française. Émise par Lydienne Yen Eyoum, une avocate franco-camerounaise détenue à Yaoundé, elle pourrait donc déboucher sur l'ouverture d'une information judiciaire.

Jeune Afrique

Ses derniers articles: Égypte : une bombe désamorcée sur une voie ferrée  Somalie : deux attentats meurtriers frappent Mogadiscio  Nigeria : l'armée annonce avoir tué une cinquantaine de membres de Boko Haram