mis à jour le

Construction du centre islamique de l'AEEMB : Les initiateurs toujours à la recherche de soutiens financiers

Débutés le 22 décembre 2012, les travaux de construction du centre islamique de l'Association des élèves et étudiants musulmans au Burkina (AEEMB) se poursuivent normalement. Pour communiquer sur l'évolution desdits travaux et inviter de potentiels contributeurs à mettre la main à la poche, l'association a organisé une conférence de presse le dimanche 17 mars 2013. L'occasion était également belle pour aborder d'autres sujets d'intérêts majeurs.

Sur le site du futur centre islamique de l'AEEMB, sis l'avenue Charles De Gaulle, une vingtaine d'employés s'y affairent pour sortir de terre un édifice. Le lancement officiel des travaux a eu lieu le 09 septembre 2012. Mais, il a fallu attendre le 22 décembre pour voir leur démarrage effectif desdits travaux. Depuis lors, tout avance normalement, selon Souleymane Maïga, le chef de chantier. « Nous sommes à l'étape de coffrage, bouclage du béton. Au plus tard à 7h, tous les employés sont là. Et on n'a pas d'heure de descente. Tant que le travail qu'on a commencé n'est pas terminé, on est là. C'est ce qui justifie les installations pour l'éclairage », confie-t-il. La principale difficulté actuelle réside dans le manque d'espace pour stocker les agrégats.

Si tout avance comme prévu, le rez-de-chaussée devrait être finalisé d'ici à juin pour permettre aux membres de l'AEEMB et aux fidèles musulmans du quartier d'intégrer les locaux avant le prochain Ramadan (qui aura lieu en juillet). « Le rez-de-chaussée sera prêt avant fin juin », assure Souleymane Maïga.

Budget non bouclé

Le siège de l'AEEMB devrait, à terme, voir pousser un complexe en R+2 composé d'une mosquée, de bureaux de l'association et des salles polyvalentes pour des séances de formation variées. Il devra coûter 810 millions de francs CFA. Mais, pour l'instant, seulement le financement du rez-de-chaussée est acquis. Le montant total mobilisé actuellement est de 172 891 770 millions de francs CFA.

C'est pourquoi, tout en remerciant les contributeurs (bonnes volontés, anciens et actuels membres de l'AEEMB), le président de l'AEEMB, Issaka Sawadogo, leur demande de poursuivre les efforts. « Je voudrais profiter de vos micros, caméras et colonnes pour lancer un appel à tous ceux qui se sentent concernés par ce projet au service de la communauté des musulmans et de notre pays en général », déclare-t-il.

L'AEEMB s'investit dans les infrastructures sociales

A côté de ce projet, l'AEEMB et ses partenaires s'emploient à la réalisation d'un complexe scolaire et d'un centre de santé et de promotion sociale à Ouagadougou. La construction des infrastructures est finie, mais il reste à les équiper avant la rentrée prochaine. Là aussi, « la contribution de tous est attendue », lance Issaka Sawadogo.

L'occasion était belle pour faire un tour d'horizon de l'actualité nationale et internationale, en rapport avec l'islam et les musulmans. Le président Sawadogo et ses camarades ont saisi cette conférence de presse pour « désapprouver sans réserves » les récentes agressions dont a été victime le grand imam de Ouagadougou pour le motif qu'il est allé rendre visite à l'archevêque, par un groupe de jeunes musulmans. « Nous nous démarquons de cette attitude sans fondement religieux. Cet épiphénomène ne saurait remettre en cause la ferme volonté pour tous les croyants de notre pays de dialoguer dans un esprit de courtoisie, de respect et de justice », soutiennent-ils.

L'AEEMB s'est également engagée depuis sa création (1986) avec la jeunesse étudiante catholique (JEC) et l'union des groupes bibliques du Burkina (UGBB) dans un processus de dialogue interreligieux afin de participer à la consolidation d'une paix durable au Burkina.

Abondant dans le même sens de la promotion du dialogue interreligieux, Issaka Sawadogo a adressé les félicitations de l'association qu'il dirige au nouveau pape et à la communauté catholique du Burkina.

Formation et engagement de la jeunesse musulmane

Investi le 30 décembre 2012 pour un mandat de deux ans, le comité exécutif de l'AEEMB dirigé par Issiaka Sawadogo place son mandat placé sous le thème : « formation et engagement de la jeunesse musulmane pour le rayonnement de l'islam au Burkina ». « Il est temps que la force, le dynamisme et la science de la jeunesse viennent apporter sa touche à l'émergence d'un islam structurant au Burkina », estime le président de l'association.

Séminaires provinciaux, régionaux et nationaux de formation islamique, forum interuniversitaire, séminaire national des s½urs, journée de la s½ur, colonies de vacances... bref, de grands moments de rassemblement sont au programme durant ce mandat.

A ces activités, s'ajoute un atelier d'information pour les hommes de médias afin de renforcer leurs capacités sur les grands concepts de l'islam. « Certains écrits et analyses de journalistes sur le fait religieux musulman pourraient s'améliorer s'ils avaient la bonne information », pense l'imam Tiégo Tiemtoré, ancien membre de l'AEEMB et actuellement membre du CERFI.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes