mis à jour le

Soupçons d’exactions des militaires sur les civils : Une unité de la gendarmerie déployée sur le terrain pour mener des investigations

Depuis le lancement de l’offensive militaire contre les groupes terroristes au nord du Mali, de nombreux témoignages faisant état d’exactions des militaires sur les civils affluent.  Des organisations de défense des droits humains sont régulièrement montées au créneau pour accuser à tort ou à raison des soldats de représailles contre des civils souvent assimilés à des terroristes. En vue de faire la lumière sur ces cas et situer les responsabilités, l’état-major de l’armée malienne a dépêché sur le terrain une équipe de la gendarmerie, nous a confié le directeur de la DIRPA, le lieutenant-colonel Souleymane Maïga.

Cette équipe qui s’est déjà déployée sur le terrain depuis quelques semaines sillonnera toutes les localités nord du pays. Elle sera renforcée par d’autres éléments de la gendarmerie présents sur le terrain. Cette équipe d’enquêteurs uniquement composés de gendarmes maliens a pour tâche de pousser les investigations en interrogeant des civils et des militaires et confronter leurs opinions.

Dans les rangs de l’armée, on soutient que les exactions souvent signalées ne sont jusque là que des soupçons. Toutefois, s’il s’avère qu’elles sont fondées, les enquêteurs s’emploieront non seulement à découvrir les raisons qui ont motivé les coupables à agir de la sorte mais aussi à savoir le ou les responsables militaires qui leur ont donné l’ordre, a précisé notre interlocuteur ajoutant que l’armée malienne est déterminée à faire toute la lumière sur les cas d’exactions. Pour preuve courant fin février, deux sous-officiers et trois caporaux soupçonnés d’exactions dans la région de Tombouctou avaient été mis à la disposition du peloton de gendarmerie de la ville avant leur rapatriement sur Bamako pour être entendus.Aussi, l’état-major de l’armée malienne s’engage à déployer dans chaque contingent des éléments de la gendarmerie. Leur présence, nous explique t-on, est d’ordre dissuasive.

En ce sens que la vue des pandores fera réfléchir par deux fois chaque soldat avant d’agir convaincu que chaque fait et geste sera méticuleusement noté et transmis à la hiérarchie militaire.

     Abdoulaye DIARRA

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé