mis à jour le

33ème anniversaire de l’assassinat de Abdoul Karim Camara dit Cabral : Un devoir de mémoire pour le mouvement estudiantin

Il y a 33 ans, le 17 mars 1980, Abdoul Karim Camara dit Cabral (AKC), un jeune étudiant de 25 ans, celui-là même qui fût le dernier Secrétaire général de l’Union Nationale des Elèves et Etudiants du Mali (UNEEM) était assassiné dans des conditions non encore élucidées et son corps ne fut jamais rendu à sa famille. Ce dimanche, 17 mars 2013, les anciens camarades du défunt, le Premier ministre, Django Cissoko et certains membres du gouvernement ont rendu un hommage  mérité à l’illustre disparu par le dépôt d'une gerbe de fleurs au monument qui lui est dédié au carrefour de Lafiabougou.

Le PM Django Cissoko lors du dépôt de gerbe au monument Cabral

Pour commémorer le 33ème anniversaire de la mort d’AKC dit Cabral, l’association des militants et sympathisants de l’Union nationale des élèves et étudiants du Mali AMS-UNEEM et la coordination de l’association des élèves et étudiants du Mali (AEEM), ont organisé une cérémonie de dépôt gerbe de fleurs  à la mémoire de Cabral. C’était sous la présidence du Premier ministre, Django Cissoko.

Au cours de cette cérémonie, le Secrétaire général de UNEEM, Oumar Arboncana Maïga, est revenu sur le sens de cette cérémonie qui témoigne de la volonté de perpétuer la mémoire de tous ceux qui sont tombés pour l’avènement d’un Mali différent mais aussi pour que les nouvelles générations s’en souviennent.

Cette cérémonie a été mise à profit par le Secrétaire général de l’ASM-UNEEM pour revenir sur  certains sujets d’actualité, à savoir la guerre contre les terroristes que mènent notre pays et ses alliés, la santé et l’éducation.

Face à cette situation, l’ASM-UNEEM s’est dit favorable à la recherche des architectes de l’enseignement et de l’éducation pour mieux répondre aux défis du sous-développement, du chômage, du sous-emploi. Pour cela, Oumar Arboncana Maïga a exhorté l’Etat  à créer une école de formation des inspecteurs, des conseillers pédagogiques et la réouverture des internats dans les lycées publics. Ce qui va permettre, a-t-il dit de souder le tissu social déjà fragilisé.

Le Secrétaire général a également attiré l’attention du Premier ministre sur l’importance d’une bonne éducation dans le développement, la prospérité et la cohésion de notre pays.

Quant au Premier ministre, il a salué le sens du combat de Cabral. Son combat, selon lui, est celui de l’école de la République. Il a tenu pour cela à remercier les partenaires et l’AEEM qui entendent faire de l’école un tremplin pour soutenir le développement du pays.

Moussa SIDIBE

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé