mis à jour le

Le ministre des finances à propos de la Gestion des contributions volontaires à l’effort de guerre : «Le Mali a mobilisé à ce jour 76 milliards de FCFA pour financer la guerre»

Comment les fonds collectés  en guise de contribution à l’effort de guerre par les citoyens maliens sont-ils gérés ? Qui contrôle les mouvements du compte ? Pourquoi la BDM-SA a été choisie parmi tant de structures bancaires au Mali pour abriter ce compte ? Autant de questions  adressées au ministre Tiéna Coulibaly par le Groupe de suivi budgétaire à la Maison de la presse.

Tienan Coulibaly, ministre des Finances et de l’Economie

Souleymane Tiémoko Sangaré, président du Groupe de suivi budgétaire a, au nom des organisations de la société civile membres du GSB, salué l’initiative du gouvernement malien et du président de la République qui a demandé à tous les Maliens de l’intérieur et de l’extérieur de s’impliquer  dans la reconquête des régions du nord injustement occupées par les salafistes et autres narcotrafiquants.

«  L’objectif de la rencontre est de minimiser la susceptibilité que le citoyen éprouve  en faveur des contributions volontaires mises à la disposition des autorités de notre pays « , a dit M. Sangaré. Et d’ajouter que cette rencontre mettra en exergue les efforts du gouvernement de transition qui ne ménage aucun effort pour assurer la transparence dans la gestion des ressources publiques, mais aussi dans la minimisation des risques liés à la gestion des contributions volontaires d’appui aux forces armées.

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Budget a répondu aux questions que le Groupe de suivi budgétaire a soulevées.   Pourquoi l’ouverture d’un compte à la BDM-SA  en lieu et place du Trésor public ?,

Quel est le lien entre l’argent de ce compte et le budget de l’Etat ?, Quels genres de dépenses peuvent être effectués sur ce compte et quels types de dépenses ont été effectués, au profit de qui et pour quels résultats ?

Selon Tiéna Coulibaly, il fallait choisir une banque parmi la quinzaine d’établissements bancaires qui opèrent au Mali, et son choix s’est porté sur la BDM SA à cause de sa présence physique dans presque toutes les grandes villes du pays et en raison de la performance de son réseau. Dans un langage accessible à tous, il a retracé le processus d’élaboration du Budget national qui, à ses dires n’est qu’une prévision des recettes et des dépenses auxquelles l’Etat doit faire face.

Aux dires du ministre des Finances, le Mali est aujourd’hui en mesure de financer la guerre à lui imposée. Il a ajouté que  les salaires des militaires, leurs primes ordinaires et spéciales sont payées avant la fin du mois précédent.  » Aujourd’hui, l’Etat malien a assez d’argent  pour faire la guerre. Nous nous sommes donné les moyens  qu’il faut pour mettre les troupes dans des conditions qui leur permettent de bien faire leur travail « . Pour le ministre dans le fonctionnement, il peut y avoir de petits problèmes qui, à son avis,  ne sont pas insurmontables.

Pour lui, à la date du vendredi 1er mars, la somme collectée au profit de l’armée s’élève à 1, 709 milliard de F CFA.  » Ce montant arrive en appoint de ce que l’Etat fait pour mettre nos soldats dans les conditions. Ce  sont  76 milliards de FCFA qui ont été mobilisés pour le ministère de la Défense et des anciens combattants dans sa mission de reconquête des territoires occupés. « , a conclu le ministre Tiéna Coulibaly.

Kassoum THERA

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé