mis à jour le

Saliou Ndiaye, recteur de l’Ucad : «Aucune pression extérieure ne peut nous empêcher d’appliquer les textes»

Réagissant aux mouvements d'humeur à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), en conférence de presse, hier, le recteur Saliou Ndiaye a informé qu'à l'instar de toutes les institutions d'enseignement supérieur, l'Ucad est confrontée à une crise de financement. Laquelle, selon lui, n'empêche pas de respecter les textes, pour sa gestion.

En attendant la conférence de presse du recteur Saliou Ndaiye, des étudiants de la faculté des sciences et techniques (Fst) occupaient la devanture du rectorat pour réclamer leur admission en master. Bourama Faty, l'un d'entre eux, précisera est d'avis qu'après la licence, l'administration a dit ne pas pouvoir les orienter, vu leur nombre. «Alors que, soutient-il, nous sommes les moins peuplés de l'Ucad mais, si rien n'est fait, il n'y aura pas de cours, cette année, à la Fst». Sur ces entrefaites, ils seront rejoints par les nouveaux bacheliers réclamant leur orientation. «Nous n'allons pas accepter d'aller dans les établissements privés car, nous voulons le diplôme universitaire, au même titre que les autres», diront-ils. Interpellé par la presse, Saliou Ndiaye recadrant le débat, informera que ces étudiants réclamant le master pour tous ne peuvent pas y accéder, n'ayant pas obtenu la licence complète, lors de l'évaluation, sur la base de l'ancien système des unités de valeur (UV) qui exige 7UV pour passer. «Nous ne changerons pas les délibérations car, les textes ont été respectés et aucune pression extérieure ne peut nous empêcher de les (textes) appliquer», tranchera-t-il.
D'avis que l'Ucad, à l'instar de toutes les institutions d'enseignement supérieur, est confrontée à une crise du financement, Saliou Ndiaye explique que les ressources et les moyens mis à sa disposition restent relativement insuffisants, eu égard à l'ampleur des besoins, surtout, ceux liés à la modernisation, malgré l'effort consenti par les autorités. Il a, également, précisé que, sur les 33.835 élèves admis au bac en 2012, 19.424 ont été retenus et répartis dans différentes écoles et facultés de l'université. Et, outre ces difficultés, selon M Ndiaye, l'Ucad, en dehors de sa demande accrue, doit recevoir celle des pays étrangers qui la sollicitent à cause de l'instabilité qui y sévit.
Cheikh Moussa SARR
(Stagiaire)
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye