mis à jour le

Thierno Alassane Sall se défend, après avoir enfoncé Karim «C’est une question de sécurité d’Etat que de laisser Karim Wade aller et venir»

Le ministre des Infrastructures et des Transports, Thierno Alassane Sall, a tenu hier une conférence de presse concernant la société «Daport» qui serait une société écran mise en place par l'ancien ministre Karim Wade. Selon lui, ce dernier serait tellement puissant et contrôlerait tellement de secteurs importants de notre économie que le laisser «vaquer à ses occupations serait dangereux et donc une question de securité d'état».


Démontrant que la mise en place de la société «Daport» était une mascarade du fils de l'ancien Président, le ministre a tenu à mettre à nue d'autres malversations financières de ce dernier. «Ces ruisseaux de milliards volés constituent les presque 700 milliards qu'on lui reproche d'avoir illégalement détournés», fera-t-il savoir, estimant, de ce point de vue, qu'il serait dangereux de laisser Karim Wade le loisir de s'installer en dehors du pays, tout en tenant en main plusieurs secteurs vitaux de notre économie. «Sur la question de la liberté d'aller et de venir, voila quelqu'un que l'on accuse de contrôler l'aéroport, le port, Abs sur les bus a l'aéroport, Daport et ceux qui entretiennent même la maintenance en ligne de l'avion présidentielle et que les citoyens voudraient qu'on le laisse circuler», s'est-il offusqué. Pour M. Sall, en s'établissant quelque part, il pourra tirer les ficelles pour immobiliser notre économie, vu qu'il contrôle un certain nombre de sociétés importantes, ce qui serait trop facile.
Accusé de s'immiscer dans un dossier encore pendant en justice, le ministre précisera : «il ne s'agit pas d'immixtion, je suis une partie civile dans ce dossier et en plus, je m'adresse à l'opinion publique qui semble abasourdie par le jeu des avocats et remettent en cause la légitimité de l'état. Ma sortie est motivée par le fait qu'en tant que responsable politique et autorité gérant un secteur où des malversations extrêmement graves ont été opérées, je ne peux pas laisser croire que rien n'a été fait pour que l'état s'aventure dans des règlements de comptes sans précédents. Donc, sans faiblesse coupable, nous devons prendre la mesure pour que la sécurité de l'état soit préservée».
Le ministre a, dans son propos liminaire, noté qu'au niveau de l'aéroport et dans divers secteurs des transports, il a été mis en place des mécanismes pour exploiter des aéroports à partir de Dakar, avec les constructions de sociétés écrans. «Le mécanisme de poupée russe a été mis en place pour cacher les différentes entreprises qui opèrent dans le secteur aéroportuaire et aérien», avait-il notamment expliqué.
Mamadou DIOUF
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye