mis à jour le

Hausse des tarifs EDM SA Les associations de consommateurs préparent la riposte

Suite à l’augmentation des prix de l’eau et de l’électricité par le Comité de régulation d’Eau et d’Electricité (CREE), votre journal a rencontré AguibouBouaré, secrétaire général de l’Association pour la Sauvegarde des Intérêts et l’Epanouissement des Consommateurs Actifs du Mali (ASIECOSAM), une association créée en 2008.

Selon Bouaré, les associations de consommateurs  existantes ne font pas assez d’efforts pour défendre les intérêts des consommateurs maliens. C’est pourquoi lui et les siens ont créé l’ASIECOSAM qui se veut   une sentinelle des intérêts des consommateurs.

« Nous, associations de consommateurs, n’avons pas été consultés par le CREE quant à la hausse des tarifs, s’insurge Bouaré.Nous nous demandons d’ailleurs si cette structure, depuis sa création, s’est acquittée de ses missions. Nous n’avons jamais vu un acte posé parcette structure qui aille dans l’intérêt des consommateurs ou rétablisse la vérité sur le comportement d’EDM. ». Bouaré révèle avoir pris contact avec les autres associations de consommateurs pour contester les hausses tarifaires d’EDM. « Les salaires des Maliens sont ridicules; si on se permet d’augmenter le coût de l’énergie, cela traduit une démission totale de l’Etat, à travers le CREE. Nous espérons bien, après la fin de l’Etat d’urgence, poser des actes de protestation pour lutter contre cette injustice. », annonce  AguibouBouaré. L’homme dénonce l’abandon, par l’Etat, des droits élémentaires des citoyens. « Les syndicalistes et les fonctionnaires sont en train de renoncer à leurs doléances à cause de la situation de guerre que le pays traverse. C’est ce moment qu’EDM choisit, avec la complicité du CREE, pour augmenter les tarifs d’eau et d’électricité! Les maliens ne doivent pas baisser les bras face à cette situation. Plus rien ne doit se passer comme avant. Il faut que les gens comprennent que l’heure du changement a sonné. ». Notre interlocuteur impute les difficultés financières d’EDM à la mauvaise gestion: « Si l’Etat s’occupait en réalité de l’EDM, il n’y aurait pas d’arriérés de factures de l’Etat, de  gaspillage d’énergie  par certaines structures étatiques, de vol d’électricité avec la complicité de certains agents d’EDM. Tout cela aurait permis à EDM d’avoir des finances équilibrées et de s’en sortir  sans augmentation tarifaire aucune. Mais l’Etat, au lieu de prendre ses responsabilités,s’attaque aux plus faibles: les consommateurs. Il est temps que les Maliens refusent d’avaler des couleuvres à tout bout le champ! », analyse Bouaré.

Ces déclarations de Bouaré s’assimilent à celles d’Oumar Togo, président du Groupement des Consommateurs du Mali (GCM) qui, lors d’une conférence de presse tenue 28 janvier 2013, a décrié les hausses tarifaires et promis des actes de protestestation en concertation avec les autres associations de consommateurs: « Comment comprendre qu’au moment où le pays va si mal, on impose une hausse de tarifs électriques et d’eau aux citoyens? Nous ne serons jamais d’accord! »

 

Abdoulaye Koné

 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé