mis à jour le

Karim aux enquêteurs sur le dossier Ahs : "J’aurais dû vous dire la vérité"

La société Ahs a été donc créée à l'étude de Me Patricia Lake Diop, à la demande de Karim Wade. C'est la notaire qui communiquera le nom de la société à deux des actionnaires que sont Madeleine Sarr et Paul Sarr. Ces personnes sont frère et s½ur et travaillent comme secrétaire et comptable au service de Bibo Bourgi. Leurs revenus sont modestes. Madeleine Sarr a un salaire net de 150 000 francs par mois tandis que Paul Sarr gagne quelque 400 000 francs par mois. Le troisième et principal actionnaire de Ahs avec 85% des parts est un certain Jerry Ghurriegan, un citoyen britannique né au Liban en 1965. Les enquêteurs ne savent pas si Jerry Ghurriegan existe en réalité car la notaire ainsi que les autres action­naires affirment ne l'avoir jamais vu ou même lui avoir parlé au téléphone. Patricia Lake Diop a expliqué aux enquêteurs qu'elle avait reçu, des mains de Karim Wade, les éléments d'état civil nécessaires pour les formalités de constitution de la société. Aussi, Karim Wade lui avait-il dit qu'elle recevrait des procurations spéciales données à Paul Sarr. Ces procurations étaient chaque fois faxées d'Angleterre ou de France. Les pièces comptables ont révélé que les 10 millions qui avaient servi à la constitution de la société avaient été versés par Paul Sarr en cash. Interrogé, Paul Sarr soutient avoir simplement agi à la demande de Bibo Bourgi. Madeleine Sarr dira elle ne rien savoir de ce qui s'est passé et qu'elle suivait juste les instructions de son frère. «Je passais signer des documents chaque fois que mon frère me le demandait.»
Paul Sarr avait été le premier gérant statutaire des Ahs mais n'exercera jamais cette fonction. Il n'a véritablement pas les capacités pour assurer une telle fonction. Karim Wade avait appelé Elimanel Diop, un de ses anciens camarades du Cours Sainte Marie de Hann, expert au Cabinet Price Waterhouse, pour assurer les fonctions de directeur général des Ahs. Elimanel Diop, actuel directeur administratif et financier du complexe hôtelier King Fahd, a expliqué aux enquêteurs avoir été recruté par Karim Wade qui le mettra en rapport avec Bibo Bourgi.

Dans ses dépositions, Elimanel Diop montrera comment Karim Wade intervenait régulièrement dans la gestion des Ahs. D'ailleurs, Karim Wade avait décidé des lots à donner à Ahs sur le patrimoine de l'ex-Air Afrique. Elimanel Diop a aussi révélé que la défunte épouse de Karim Wade, Karine Marteau, avait réalisé les travaux de décoration du premier siège des Ahs à Ngor et avait fourni le mobilier de bureau. «J'ai remis personnellement à Karim Wade, en mains propres, le dernier chèque de 10 millions de francs pour régler les prestations de Karine Marteau Wade.» La confrontation faite entre Elimanel Diop et Karim Wade était très pénible pour le fils du Président Wade. Karim Wade affirmait avoir voulu aider un ami qui cherchait du travail mais la réplique de Elimanel Diop était sèche : «Je ne cherchais pas du travail, je ne me plaignais pas là où j'étais. C'est vous qui étiez venu me demander de gérer ce business pour vous.»
Karim Wade avait toujours voulu nier toute implication dans les activités de Ahs. A sa première audition à la Section de recherches de la gendarmerie sur le montage de Ahs, Karim Wade semblait narguer les enquêteurs : «Ahs ? C'est quoi ? Des bonbons ou des oiseaux ?» Il ne savait pas encore que les gendarmes avaient déjà recueilli des témoignages circonstanciés. Les enquêteurs souriaient devant l'aplomb et l'arrogance. A la deuxième séance d'audition, les enquêteurs reviendront sur le sujet des Ahs. Cette fois-ci, Karim Wade se souvient qu'il était ministre des Transports aériens et qu'il ne pouvait donc ignorer l'existence de Ahs qui est l'une des principales entreprises de la plateforme aéroportuaire de Dakar. Il déclare « Ah oui ! Je pense que je les ai reçus à mon bureau. Cette société doit, je crois, être dirigée par un Belge. Ah oui, je les ai reçus», banalise-t-il. Les gendarmes sourient encore car Ahs n'est plus des bonbons ou des oiseaux. Néanmoins, ils se gardent bien de révéler à Karim Wade les éléments déjà en leur possession. C'est à la troisième audition que les gendarmes abattront leurs cartes. Ils révéleront à Karim Wade tout ce qu'ils savaient sur Ahs et donc le confronteront avec Elimanel Diop qui avait signé à l'aéroport de Heathrow à Londres, sur instructions de Karim Wade, le contrat de franchise entre Ahs et Menzies Aviation. Pris de court, Karim Wade avouera avec humilité : «Je n'aurais pas dû vous dire ça. J'aurais dû vous dire la vérité.»
Pape Mamadou Pouye un autre ami de collège de Karim Wade, impliqué par la suite dans la gestion des Ahs, a été entendu. Il confia lui aussi avoir été recruté par Karim Wade. Pape Mamadou Pouye et Elimanel Diop ont raconté la séance de recrutement, dans le bureau de Karim Wade à l'immeuble Tamaro, de Pierre Agbogba comme président du Conseil d'administration des Ahs. Pierre Agbogba était l'ancien directeur d'exploitation d'Air Afrique. Il avait été introduit auprès de Karim Wade par l'avocat Me Rasseck Bourgi qui avait assisté à l'entretien tout comme Bibo Bourgi. Toutes les décisions étaient prises par Karim Wade. L'enrôlement de Pierre Agbogba aidera les Ahs à développer son réseau en Afrique où ils détiennent le monopole des services de Handling dans plusieurs pays.

Le Quotidien

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye