mis à jour le

Istar Immobilier, Istar capital et Cd Media dans l’escarcelle de Wade fils

Les enquêteurs ont reçu un signalement précisant que plus de 30 milliards de francs Cfa dormiraient encore dans des comptes de Istar Capital à l'étranger. Le Procureur spécial Alioune Ndao a demandé une entraide judiciaire internationale pour s'assurer de la véracité de l'information. Pour l'heure, l'enquête a établi que la société immobilière Istar immobilier a bénéficié d'affectations de terrains respectivement de 5 000 m2 à côté du hangar des pèlerins à Yoff et de 3 000 m2 sur la Bande verte qui jouxte la façade Sud de l'aéroport de Yoff.
Les circonstances de ces cessions de terres appartenant à l'Etat sont tout aussi rocambolesques. En effet, c'est Tahibou Ndiaye, ancien directeur du Cadastre qui s'était occupé de toute l'opération d'attribution jusqu'à payer directement les frais de mutation. Interrogé sur cette opération, Tahibou Ndiaye invoquera une amnésie.
Le montage du groupe de presse Cd Media éditeur du journal Le Pays et du site internet lesénégalais.net, indique que sur le papier 30% des parts appartiennent au journaliste Cheikh Diallo et 70% à Atlantic Holding de Patrick Joseph Williams. Entendu une première fois, Cheikh Diallo, qui sans doute ignorait que Me Patricia Lake Diop et Patrick Joseph Williams avaient déjà été entendus, laissa croire qu'il était l'unique propriétaire de la boîte. A la deuxième audition, pressé de questions et confondu par un reçu de versement des sommes par Victor Tendeng pour la création de la société, Cheikh Diallo changera de stratégie de défense et met tout sur le dos de Karim Wade. Cheikh Diallo affirme n'avoir aucun lien avec M. Williams et que c'est Karim Wade qui lui a demandé de porter des actions. Ainsi, il reconnaît n'être qu'un employé payé par Karim Wade. Le directeur de publication du journal Le Pays d'ajouter que pour la gérance, Karim Wade a recruté l'ancien greffier Me Mamadou Diop, qui avait été gérant du Groupe Futurs Médias. Mamadou Diop a lui aussi été entendu et confronté avec Cheikh Diallo. Ils ont admis, tous les deux, être cosignataires des actes de gestion de Cd Media à la demande de Karim Wade. Leurs déclarations ont permis de mesurer l'implication de Karim Wade dans la gestion du groupe de presse. Ainsi, Mamadou Diop dira avoir été recruté directement par Karim Wade. Quand ce dernier avait sollicité ses services, Mamadou Diop qui avait quitté le Groupe Futurs Médias, travaillait avec l'homme d'affaires Cheikh Amar qui comptait mettre sur pied un groupe de presse. Selon les dires de Mamadou Diop, Il avait fallu que Karim Wade demandât à Cheikh Amar d'autoriser Ma­ma­dou Diop à aller travailler pour un autre projet d'entreprise de presse. «C'est avec Karim Wade que j'ai discuté de mon salaire à l'immeuble Tamaro et c'est lui-même qui m'avait appelé pour me dire de récupérer auprès du concessionnaire un véhicule Ford Edge», a-t-il précisé à l'enquête. Mamadou Diop précisera aux enquêteurs qu'en le recrutant, Karim Wade lui avait fait comprendre qu'il ne faisait pas confiance à Cheikh Diallo quant à la gestion de l'argent de l'entreprise. Cheikh Diallo et Mamadou Diop seront aussi unanimes en affirmant aux enquêteurs que la société Cd Media avait bénéficié de contrats de sponsoring de la part de certaines entreprises publi­ques. Aussi, après le départ du Président Wade du pouvoir, Karim Wade pourvoyait-il régulièrement aux moyens de fonctionnement de l'entreprise notamment le paiement des salaires pour un montant d'environ 7 millions de francs Cfa par mois. Victor Tendeng apportait chaque fois les sommes nécessaires. Le dernier versement avait été reçu le 5 février 2013.
lequotidien

www.dakaractu.com

Dakaractu

Ses derniers articles: Fête nationale : esprit civique et prise d’armes au menu  Aly Badara Maïga, le plus grand voleur de voiture de l'Afrique de l'Ouest est arrêté par la DIC  Les lions à l'aéroport de Paris pour aller à Conakry