mis à jour le

Coupe de la Confédération : le RCK tombe à domicile

Le Rail club de Kadiogo (RCK) a été battu, le dimanche 17 mars dernier, à domicile par l'ASEC Mimosas de la Côte d'Ivoire par 2 buts à 1. Au cours de ce match comptant pour la phase aller des seizièmes de finale de la Coupe de la Confédération, les poulains de Kambou Malo, ont pêché à deux reprises par inexpérience et l'ont payé cash.

Le Rail club de Kadiogo est-il atteint par le syndrome Etalons de 2012 ? Difficile d'y répondre par l'affirmative mais bon nombre des supporters qui ont fait le déplacement du Stade municipal ont reconnu que « les joueurs du RCK ont un fond de jeu. Ils jouent bien mais ne parviennent pas à marquer ».

Présents dans le match dès le coup d'envoi, les locaux imprimeront pendant 25 minutes le rythme du jeu avant de perdre la balle dans le rond central. Les visiteurs qui ont récupéré le cuir ne se sont pas faits prier pour le loger, après une très belle combinaison, dans les filets du RCK grâce au dossard N°13, Hugues Zagboyon. Menés sur leurs propres installations, les poulains du coach Malo tenteront vainement de revenir au score avant la pause.

Du retour des vestiaires, le RCK montrera une bien meilleure détermination à rétablir la parité du score. Hermann Sawadogo, servi par son coéquipier, envoie la balle, d'un coup de tête, dans la cage du gardien ivoirien. On joue la 62e minute du temps règlementaire. Le même Hermann Sawadogo, quelques minutes plus tard, arrive à déjouer le dispositif défensif de l'adversaire et se retrouve face au portier ivoirien. Cette belle occasion est mal exploitée car il enverra le ballon mourir hors du terrain. Mais avec une balle moins bien servie que celle de Hermann Sawadogo, le N°7 ivoirien, Michel N Mvondo, bat, le portier burkinabè. 1-2, un score qui élimine presque le RCK à ce stade de la compétition. Car le match retour dans trois semaines à Abidjan ne sera pas du tout repos parce que les joueurs burkinabè devront remporter le gain du match avec au moins 2 buts d'écart. Mais pour Kambou Malo, « tout est encore possible ». Ce que confirme du reste le coach ivoirien, Siaka Traoré : « Si nous avons gagné à Ouagadougou, cela veut dire que c'est aussi possible pour eux de nous battre à Abidjan. Mais nous allons jouer comme si nous avions perdu ici ».

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes