mis à jour le

La justice égyptienne va mal. Photo via Flickr by Stockmonkeys.com
La justice égyptienne va mal. Photo via Flickr by Stockmonkeys.com

Des milices au chevet de la justice

Deux hommes accusés de vol ont été roués de coups, lynchés en public et pendus à une poutre dans une ville du delta du Nil.

L’Etat égyptien est mort. C’est le diagnostic du ministre de la justice Ahmed Mekky après le  lynchage de deux hommes accusés d’avoir volé un touk touk. Battus à mort, lynchés en public, leurs corps ensanglantés et dénudés ont été pendus à une poutre dans une ville de la province de Gharbiya. Les macabres images de leurs corps suspendus par les pieds et entourés d’une foule peuvent choquer.

Cette scène rappelle les applications orthodoxes de la loi islamique (sharia) dans certains pays du golfe comme en Arabie Saoudite où des châtiments corporels sont prévus pour les auteurs de vols ou de crimes.

Des châtiments que certains députés islamistes aimeraient voir appliquer en Egypte.   En avril 2012, un député salafiste proposait  lors d’une  séance à l’assemblée l’application du châtiment de la « haraba » aux bandits et baltaguis qui commettent des actes de violence, de vol ou des crimes de meurtre. Le député Adel Al-Azazi, membre du parti salafiste Al-Nour, avait présenté un projet de loi qui prévoyait de couper la main droite et le pied gauche à toute personne ayant commis ce genre de crimes.

Où est l'Etat?

Les deux hommes suspendus à une poutre à Samanoud. RASSD.com

 

Selon le quotidien gouvernemental égyptien al-Ahram,  si les lynchages meurtriers demeurent un phénomène rare en Egypte, des citoyens égyptiens s’enhardissent à former des groupes d’auto-défense pour pallier au vide sécuritaire. Plane un autre soupçon: la création de milices islamistes fidèles au régime en place, contrairement aux policiers vivement critiqués pour leur gestion des manifestations à Port-Saïd. Le porte-parole des Frères musulmans de Gharbiya les accuse ouvertement de favoriser un effondrement de la sécurité afin d’ouvrir la voie aux tenants de l’ancien régime. Une accusation qui n’est pas nouvelle.

Des questions demeurent sans réponse. Comment les habitants ont pu commettre de tels actes sans que les forces de sécurité n’interviennent? Pourquoi personne ne s’est opposée à la mise à mort? Comment être rassurée dans un pays où le procureur général appelle les citoyens à jouer aux apprentis policiers? Ce lynchage public n’est autre que le signe d’un délitement de l’appareil sécuritaire égyptien et plus largement de tous les services de l'Etat. «Le gouvernement qui permet que cela se produise est un gouvernement injuste, car il n’offre pas une protection adéquate aux citoyens», a déclaré le ministre de la justice.

Nadéra Bouazza

 

 

Nadéra Bouazza

Nadéra Bouazza. Journaliste à Slate Afrique

Ses derniers articles: Dessine-moi un immigré  Une (re)naissance dans la douleur  Pourquoi l'Egypte n'aurait pas dû briser les sit-in pro-Morsi 

lynchage public

Nouvelles du Caire

Quatre Egyptiens lynchés à mort, car ils étaient chiites

Quatre Egyptiens lynchés à mort, car ils étaient chiites

police

AFP

Zimbabwe: la police réprime une manifestation de l'opposition

Zimbabwe: la police réprime une manifestation de l'opposition

AFP

Alger: la police empêche un rassemblement de syndicalistes

Alger: la police empêche un rassemblement de syndicalistes

AFP

Financement libyen: Takieddine entendu par la police

Financement libyen: Takieddine entendu par la police

insécurité

SOS

Un enfer nommé Centrafrique

Un enfer nommé Centrafrique

Vu de Ouaga

La Libye et la dictature des milices

La Libye et la dictature des milices

Steven LAVON

Insécurité au Caire: L’Egypte rassure la FIFA et le Ghana !

Insécurité au Caire: L’Egypte rassure la FIFA et le Ghana !