mis à jour le

Une délégation algérienne en Irak pour le transfèrement des détenus algériens

Le président de la commission nationale de promotion et de protection des droits de l'Homme (CNPPDH), M. Farouk Ksentini, a annoncé samedi à Alger, qu'une délégation algérienne se rendra "prochainement" en Irak pour le "transfèrement" des détenus algériens dans les prisons irakiennes vers l'Algérie.

Une délégation se rendra en Irak pour "faciliter le transfèrement des détenus algériens dans les plus brefs délais vers les prisons algériennes", a indiqué M. Ksentini lors de l'émission "Nikache al ousboue" (débat de la semaine) de la chaîne I de la Radio nationale.

Il a précisé à ce propos, que l'Irak est un pays qui applique la peine de mort, rappelant que deux prisonniers, algérien et tunisien, accusés dans la même affaire ont été exécutés.

Le secrétaire d'Etat chargé de la communauté nationale à l'étranger, M. Belkacem Sahli, avait affirmé depuis un mois que l'Algérie avait reçu un engagement officiel des autorités irakiennes pour recevoir une délégation consulaire algérienne afin de s'enquérir de la situation des détenus algériens dans ce pays.

Il a ajouté en outre, que cette rencontre sera suivie d'une visite des proches des détenus dès approbation des autorités irakiennes de la proposition algérienne pour ce qui est de la date.

L'Algérie "attend l'approbation de ce pays pour un traitement définitif de l'affaire", a-t-il dit à ce propos.

Auparavant, le ministère des Affaires étrangères avait convoqué en octobre 2012 l'ambassadeur d'Irak en Algérie pour souligner l'absence de collaboration de la part des autorités irakiennes concernées autour de la question des ressortissants algériens détenus en Irak.

A cette occasion, l'Algérie a réitéré sa demande s'agissant du dossier des Algériens détenus en Irak notamment en ce qui a trait au droit de visite consulaire et l'obtention rapide des détails du déroulement de la procédure judiciaire pour s'assurer des mesures à prendre et susceptibles de garantir le droit de nos ressortissants à une défense équitable.

Huit ressortissants algériens détenus en Irak sont condamnés à la peine de mort et l'un d'eux a été exécuté en octobre 2012. M. Ksentini avait alors indiqué que son procès a été inéquitable, soulignant que les détenus algériens en Irak sont en contact avec lui en sa qualité de président de la CNPPDH.

Lu sur Algérie Presse Service

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens