mis à jour le

Université de Dédougou : Les étudiants en grève ce matin

Les étudiants du Centre Universitaire Polytechnique de Dédougou observent une grève de 48 heures à compter de ce lundi 18. L'information a été donnée aux hommes de media le 15 mars dernier au cours d'un point de presse organisé par l'Association nationale des étudiants burkinabè (ANEB), section de Dédougou.

C'est la toute première grève estudiantine que le Centre Universitaire Polytechnique (CUPD) de Dédougou traverse depuis son ouverture en avril 2012. Ce mouvement de 48 heures initié par l'ANEB, section de Dédougou, vise à interpeller l'autorité sur les difficiles conditions de vie et d'études des étudiants du centre si l'on en croit les principaux animateurs du point de presse. Selon Serge Antoine Nombré et Bassiriki Ouattara, tous deux membres du comité exécutif de l'ANEB et respectivement Secrétaire général et Président de la section ANEB/ Dédougou, plusieurs démarches ont été entreprises afin d'interpeller l'autorité sur les mauvaises conditions de vie des étudiants. Malheureusement, ces démarches ont butté sur un mur de silence. Dans un tel contexte, poursuivent les conférenciers, nous avons décidé d'aller en grève car nous estimons que c'est par cette voie que nous seront entendus. Au terme des 48 heures, si des solutions ne sont pas trouvées à nos préoccupations, nous allons convoquer une assemblée générale pour décider de la conduite à tenir. Mais sachez que, tant qu'il n'y aura pas de solution, nous poursuivront la lutte, ont déclaré les conférenciers devant les hommes de média. Les difficultés que rencontrent les étudiants à l'université de Dédougou sont identiques à toutes les universités du pays et sont le plus souvent d'ordre sociaux- infrastructurelles. Mais le Secrétaire général et le président de la section ANEB/ Dédougou pensent que la situation est plus alarmante au campus de Dédougou. L'université ne dispose pas de cité, ni de structures sanitaires, ni de salle informatique. A ces difficultés s'ajoute le manque criard d'enseignants, l'absence d'une bibliothèque équipée et d'un restaurant universitaire. Conséquence, bon nombre d'étudiants sont contraints de débourser en moyenne 12.500 FCFA/mois pour la restauration, ont précisé les animateurs du point de presse.

Ousmane TRAORE

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes