mis à jour le

Mali: une réunion pour renforcer la lutte contre le terrorisme

Un militaire français a été tué samedi dans le nord du Mali. C’est le cinquième depuis le début de l’intervention française dans ce pays en janvier. Dans ce contexte, des ministres se sont réunis dimanche en Mauritanie afin de renforcer la lutte contre le terrorisme dans la bande sahélo-saharienne.

Le soldat français est décédé dans l’explosion d’un engin au passage du blindé de type AMX 10 dans lequel il se trouvait. Trois autres militaires qui l’accompagnaient ont été blessés, dont deux grièvement. Les victimes participaient à une opération de recherche de caches de rebelles islamiques au sud de la ville de Tessalit, dans le massif des Ifoghas au nord du Mali.

Un porte-parole de l’état-major des armées a précisé que deux des trois soldats blessés ont été évacués par hélicoptère sur une antenne chirurgicale déployée dans la région. Il a signalé que deux caches d’armes et de nourriture avaient été découvertes et détruites samedi.

Violents combats

Environ 4000 militaires français sont actuellement déployés au Mali, où de violents combats les opposent aux combattants islamistes dans le nord-est du pays. Ils ratissent notamment le massif des Ifoghas, pour tenter de débusquer les combattants islamistes à proximité de la frontière algérienne.

Sur le terrain, la crise humanitaire « n’est pas terminée au Mali », a déclaré dimanche à Mopti (centre du Mali) Ertharin Cousin, directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU.

C’est dans ce contexte qu’une réunion internationale sur la sécurité dans la bande sahélo-saharienne s’est ouverte dimanche à Nouakchott, en Mauritanie. Elle réunit des représentants et des ministres des pays voisins du Mali en guerre, de l’Union africaine (UA), de l’Union européenne (UE) et de l’ONU.

Renforcer la lutte

Ses objectifs sont « de faciliter l’accomplissement de son mandat par la Misma », la force armée africaine présente au Mali, et de renforcer l’efficacité de la lutte contre le terrorisme. Elle vise aussi à « unifier une réflexion sur des arrangements opérationnels de sécurité ».

sda-ats swissinfo.ch/fre