mis à jour le

Mali : Il y a plus de questions que de certitudes sur la tenue de l’élection présidentielle en juillet prochain, selon un leader politique

 

Mr Tiébilé Dramé

Le président du Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA), Tiébilé Dramé, a affirmé samedi qu’ il y a plus de questions que de certitudes sur la tenue de l’ élection présidentielle prévue en juillet prochain au Mali.

Tiébilé Dramé, ancien ministre malien des Affaires étrangères, a exprimé son point de vue lors d’une rencontre à Bamako portant sur le thème  »Quel Mali après les élections de juillet 2013 » à l’ occasion du 24è anniversaire du journal malien  »les Echos », un quotidien privé.

De son point de vue, le prochain quinquennat au Mali  »sera un quinquennat de transition, de réformes qui mobiliseront la Nation tout entière déterminée à tourner la page de l’année horribilis 2012 ».

 »Pour qu’il ait un nouveau président et un nouveau quinquennat de réformes tant souhaitées, il faut qu’il ait des élections », a affirmé M. Dramé, ajoutant  »Or, à 112 jours de la date annoncée pour le 1er tour il y a plus de questions que de certitudes sur la tenue du scrutin, le 7 juillet 2013 ».

Celui-ci se pose un certain nombre de questions :  »Le  vote aura lieu sur la base de quel fichier électoral? »,  »Où voteraient les réfugiés et les déplacés internes? »,  » Dans leurs résidences originelles ou sur les sites actuels? »,  »Quid de l’Administration? »,  » Quand sera-t-elle déployée dans les régions libérées? »,  »Existe-t-il un dialogue avec la classe politique sur ces questions? ».

Répondant à la question relative au thème choisi lors de ce 24è anniversaire,  »Quel Mali après les élections de juillet 2013 », M. Dramé a dit que  »quel que soit le président élu, nous entrerons dans une transition pendant laquelle d’importantes réformes devront être conduites ».

Parmi ces réformes, M. Dramé a indiqué qu’il s’agit notamment de  » faire la paix au Nord du Mali en scellant un nouveau contrat national de paix et de réconciliation et le passage à la IVè République après avoir tiré les leçons des crises que nous avons traversées ».

Insistant sur l’aspect sécuritaire, M. Dramé a fait savoir qu’ ‘ ‘il y a urgence à engager un processus politique car ni l’ Opération Serval ni la MISMA ni la future opération de stabilisation de l’ONU ne suffiront à restaurer une paix durable au Nord ».

BAMAKO (Xinhua)

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé