mis à jour le

MBAGNICK NDIAYE SUR LA NOUVELLE POLITIQUE SPORTIVE : «La construction de l’arène nationale est la priorité du Président»

Le ministre des sports, Mbagnick Ndiaye a présenté à la presse, hier, la nouvelle politique sportive, après approbation des textes par le conseil des ministres. Les infrastructures, le financement, la modernisation de la gouvernance...en sont les grandes lignes. Actualité oblige, le ministre a fait le compte rendu de son voyage à Conakry.


LES INFRASTRUCTURES
Cette politique des infrastructures ne va pas tourner uniquement autour de la réfection de l'existant. Il y a un programme chinois qui est là qui nous permet de refectionner tous les stades. C'est ainsi qu'à Matam, Fatick, kaolack, Tambacounda, Mbour, Louga, Kolda, Saint-Louis et Pikine, les infrastructures ont été rénovées. Il ne reste que Kaffrine et Sédhiou. Les chinois vont bientôt réhabiliter ces stades. Mais, le programme chinois a ses particularités, il améliore quelque chose d'existant, en mettant des gazons synthétiques, en faisant l'éclairage. Maintenant, si on trouve que les tribunes ne répondent pas, ils les détruisent, c'est ce qui est arrivé à Aline Sitoé Diatta. L'état va augmenter les capacités d'accueils. Parce que la construction d'un nouveau stade est coûteuse.

L'ARENE NATIONALE
La priorité dans les 20 engagements du président, c'est la construction de l'arène nationale. Là, on est très avancé. La mission chinoise va arriver, d'ici à fin mars. L'architecte a été choisi. Et hier (jeudi, jour de conseil des ministres), le chef de l'état a donné des instructions ferme pour que d'ici à 2017, il inaugure l'arène. Donc, il nous appartient de faire en sorte que cette infrastructure puisse voir le jour. Maintenant, pour les autres infrastructures, sur le budget des investissements actuel, nous allons premièrement réfectionner le stade Léopold Sedar Senghor, mais nous n'allons pas tout faire, parce que le stade est dans un état de dégradation très avancé. Mais, nous allons y mettre un minimum de 200 millions. Nous allons voir ce que nous pouvons faire pour que quand la CAF reviendra, que le stade soit à la norme. Nous allons également réfectionner le stade Demba Diop, parce qu'il est anormal que le pays n'ait qu'une seule infrastructure.
LE FINANCEMENT
C'est le point central. En effet, nous avons constaté qu'en 2012, le budget était de 8 milliards 809 cent millions 260 milles, soit 0,20 % du budget national. En 2013, le budget est de 10 milliards 65 millions 617 mille soit 0,40 %. Ça c'est déjà un effort. Et le président de la République ambitionne, que le budget atteigne au moins 1% du budget national. L'expression du besoin mouvement sportif dans les compétitions internationales est de 4 milliards 100 millions et l'inscription budgétaire est de 900 millions. Vous voyez la difficulté pour faire des arbitrages budgétaires. C'est à ce niveau qu'il nous faut aller chercher les ressources additionnelles. Avant nous, une inspection générale de l'état avait recommandé un fonds de développement du sport. Cette recommandation, traduite en une directive présidentielle, sera notre axe central pour permettre de capter l'ensemble des ressources additionnelles. Cela n'exclut pas qu'il puisse y avoir une fondation, comme le veut le mouvement sportif.
LA MODERNISATION DE LA GOUVERNANCE
A ce niveau, nous avons trois projets. Le premier est la réforme du cadre juridique, ce qui est en train d'être fait, parce que nous avons la commission nationale, présidée par Ousmane Kane qui a été, pendant des années, au tribunal arbitral des sports à Lausanne. Ensuite, nous avons un projet pour accompagner les collectivités locales. C'est une compétence transférée. Nous devons tout faire pour que les collectivités locales puissent élaborer les plans de développement du sport. Et nous allons les accompagner pour la création d'infrastructures de proximité, tels que les complexes mutli-fonctionnels, la clôture des murs des terrains communautaires. Podor et Fatick seront les départements pilotes. A Podor, nous allons clôturer la plupart des terrains communautaires. La mission y a été, bientôt nous allons lancer un appel d'offre. Au niveau de Fatick, un axe sera fait l'année prochaine. Notre troisième sera d'accompagner les fédérations dans leur élaboration de développement sportif, ainsi que l'encadrement du personnel.


SENGAL-ANGOLA A CONAKRY

C'est la volonté du chef de l'état guinéen. Le professeur Alpha Condé s'est personnellement impliqué pour que véritablement le match ait lieu en Guinée, dans le cadre du raffermissement des liens entre les deux pays. Il n'y a aucun problème quant aux infrastrures. J'ai visité ces réceptifs qui dépassent de loin les nôtres, du point de vue confort et cadre. Le gazon du stade du 28 septembre est verdoyant. Il faut féliciter les autorités guinéennes qui ont tout mis en ½uvre pour la réussite de ce match. Le président Condé a donné des instructions fermes à tous les ministres impliqués. Le ministre de la sécurité a déployé 1500 éléments pour la couverture du match.

Issiaka TOURE
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye