mis à jour le

100 TABOU AVEC : Baba Hamdy DIAWARA AUTEUR COMPOSITEUR «Je n’ai pas demandé à Youssou Ndour d’abandonner la politique, mais de se rapprocher de son public et de son art»

Dans son studio sis à la Zone B, Baba Hamdy Diawara est en train d'écouter Jah Man, un morceau de Bob Marley qu'il a repris. 100 tabou, il est revenu sur son audience avec Youssou Ndour, mais aussi, sur sa musique et sa personne.


Comment a débuté la passion pour la musique ?

Un de mes frères, Ndakhté Ndiaye, le batteur du groupe Keur gui, qui faisait un peu de Jazz, m'a influencé. J'ai, par la suite, reçu des cours de piano de Cheikh Ba, le pianiste du groupe. Ensuite, j'ai travaillé avec Thione Seck, Mapenda, Coumba Gawlo. De retour des Usa, j'ai créé mon groupe le «Diawara Record», devenu «1000 mélodies» et c'est Thione Seck qui m'a vendu le matériel du studio que j'ai ouvert. Ma musique personnelle est le Jazz mais, avec Titi, Myrma, Daba Séye, je fais du Mbalax.
Justement, on connaissait le Baba Hamdy, auteur compositeur et maintenant, il y a l'interprète........
J'ai commencé par rendre hommage à Youssou Ndour, à travers You Mélodies qui n'avait pas de parole. J'avais un projet d'album qui touchait l'international. J'avais remarqué que les nigérians avaient percé grave dans le monde et surtout chez nous. Là, j'ai pensé que nous devions faire la même chose. Au début, j'ai écrit mes textes et je voulais faire appel à Viviane qui m'avait renvoyé auprès de Bouba. Malheureusement, elle avait voyagé et j'ai fait appel à l'oreille extérieur et les sénégalais ne savaient pas c'est un sénégalais qui chantait. Et comme j'avais dit que je ne chanterai jamais, j'ai appelé l'album «Never Say Never».
Et pour le Feed-back ?
Très positif. Je remercie vraiment les sénégalais qui l'ont bien accueilli et j'ai vendu tous Les Cd à 5000 francs, avec beaucoup de succès.
Vous avez aussi révélé beaucoup de jeunes talents...
Tout le monde fait des faux pas, l'importance étant de savoir se relever à temps. J'ai fait cela pour ne pas dire que les jeunes talents me servaient à poser ma pierre à l'édifice. On ne peut rien faire pour un artiste déjà connu, mais révéler quelqu'un demande beaucoup d'efforts.
Il parait que Youssouf Ndour vous a reçu c'étais pour lui demander d'abandonner la politique ?
Non du tout. Je sais qu'il a encore envie de beaucoup faire dans ce secteur. Ce que je lui ai demandé, en tant jeune frère, proche de la population et qui sait ce qu'elle attend de You. seulement contrairement à ce qu'on raconte, c'est moi qui suis allé le voir, après en avoir manifesté le désir.
Et c'est quoi cette attente ?
Justement cette proximité qu'elle avait de lui et qui est aujourd'hui impossible. La musique a besoin de Youssou Ndour, un acteur culturel qui a tout fait dans ce secteur. Je pense qu'il a besoin d'être plus proche de son public le poste de ministre ca l'éloigne du peuple. C'est pourquoi je lui ai proposé de postuler pour la mairie de Dakar.
Et pourquoi pas la Médina, son fief ?
Oui. Il a toujours eu du succès dans ses entreprises. Et ce n'est pas parce qu'il y a plusieurs probables candidats que Youssou ne peut pas faire la différence. Il est très aimé du peuple.

N'êtes-vous pas en train de faire amalgame entre l'artiste et le politicien ?
Je ne parle pas de quelque chose que je ne maitrise pas. Je suis convaincu qu'il va y parvenir. Je ne dis pas que gérer une mairie est plus facile qu'un ministère, mais avec la mairie, on est plus proche du peuple et plus accessible, de surcroit.
Et qu'elle a été sa réponse ?
Qu'il va y réfléchir. Mais, je suis optimiste quant à sa décision, même si je sais que ça l'a surpris.
On vous sent un inconditionnel du ministre du tourisme...
Je suis un pro-You et je ne m'en cache pas. You mélodies, ma première production, en dit gros.
Et côté jardin ?
Je ne parlerai pas de ça...
La rubrique s'appelle 100 Tabou, il va falloir nous parler de tout et de rien.....
Je suis marié, monogame, pour le moment, et le reste, je n'en parlerai pas
Et pourtant, vous avez une réputation de briseur de c½urs...
Je sais reconnaitre les fans et les autres, même si je ne suis pas victime de ça, pour le moment. Celles qui suivent Baba sont amoureuses de sa musique et non de sa personne. Et moi, en revanche, je suis amoureux de mon clavier.
Baba croit-il aux «Xarfaxoufa», gris-gris ?
Je suis africain et quand on l'est, il est difficile de dire qu'on n'y croit pas
Dans vos clips, on ne voit pas de danseurs, jugez-vous certaines danses obscènes ?
Je ne parle pas du gagne-pain des autres. Vous l'avez dit, comme dans mes clips, il n'y a pas encore de danseurs, je préfère m'abstenir de leur pratique.
La musique est aujourd'hui fourre-tout ...
Ça s'apprécie par niveau et par personne, ceux qui écoutent savent faire le distinguo. Mais, une réglementation serait la bienvenue. Moi, j'en fais un travail et donc j'y vais avec sérieux.
Yandé DIOP
REWMI QUOTIDIEN




Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye