mis à jour le

PROCES EN DIFFAMATION : Le Quotidien renvoie Aida Ndiongue à ses «nullités»

Les nullités qui ont été signalées dans l'affaire Aida Ndiongue contre le journal «Le quotidien» ont été favorables au groupe de presse de Madiambal Diagne. La citation de la dame du Walo a été tout simplement déclarée nulle et nullissime.

Sauf nouvelle procédure de la part de la libérale du Walo, le journal « le quotidien » peut se réjouir de la décision qui est tombée, ce matin, au tribunal correctionnel de Dakar. En effet les avocats de la défense avaient souligné des nullités dans la procédure. Mes Mbaye Dieng et Baba Diop avaient demandé au tribunal de déclarer irrecevable la procédure, ayant relevé des manquements dans la rédaction de la citation. Pour les avocats de la défense, les articles réprimant la complicité n'y étaient pas indiqués.
Ce vice soulevé, pendant le délibéré d'hier a été tout simplement favorable aux journalistes de Madiambal Diagne. Cette citation leur avait été assignée le 3 décembre dernier, suite à un article jugé diffamatoire, de la part de la «lionne de Wade» qui a actuellement un poignant dossier en justice dans la traque des biens mal acquis.
Selon donc le tribunal correctionnel, cette citation est nulle et est de nul effet. Autrement dit, la procédure ne peut que s'arrêter là, en attendant peut-être une nouvelle démarche. Le juge a déclaré qu'il n'est pas habilité à statuer dans ce contexte précis et a renvoyé la politicienne à la routine. C'est-à-dire à faire de sorte que sa citation ait une valeur juridique, sans vice de forme pouvant annihiler la procédure. On peut donc parler de fins de poursuites pour les journalistes. En tout cas, pour le moment, la partie adverse n'a pas pris une décision allant dans ce sens.
Pour rappel, c'est le 3 décembre 2012, que "Le Quotidien" publiait un article affirmant que l'ancienne sénatrice serait soupçonnée d'évasion fiscale et que les investigations de la Cour de répression de l'enrichissement illicite l'auraient mise en cause pour une affaire de 4 milliards. La Cellule de traitement des informations financières (CENTIF), aurait été également saisie par la CREI, pour cette affaire. Un autre argument de plaidoirie que la défense a tout bonnement saisi. Selon Me Baba Diop, «une enquête doit-être faite dans ce dossier, parce que la partie civile a été citée dans l'affaire des biens mal acquis et que son dossier est en justice».
Yandé DIOP
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye