mis à jour le

Egypte: manifestation au Caire pour un retour de l'armée au pouvoir

Des centaines d'Egyptiens ont manifesté vendredi au Caire leur soutien à un retour de l'armée au pouvoir dans un pays qui n'est toujours pas sorti d'une transition politique chaotique émaillée de violences, deux ans après la chute de Hosni Moubarak.

La manifestation a eu lieu dans l'est du Caire à l'appel d'un collectif de militaires à la retraite et de groupes opposés au Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, selon un photographe de l'AFP.

Les manifestants ont notamment scandé des slogans appelant l'armée à "ne pas les abandonner", brandissant des portraits du ministre de la Défense, le général Abdel Fattah al-Sissi. D'autres criaient "l'armée doit revenir" (au pouvoir) ou "A bas le pouvoir du guide", en référence à Mohammed Badie, guide suprême des Frères musulmans.

Des manifestations de soutien à l'armée ont également été organisées à Damiette, dans le nord du pays, selon le site internet du journal Al-Ahram.

L'armée est un acteur capital dans le jeu politique en Egypte depuis 60 ans.

La chute de Hosni Moubarak en février 2011 avait amené le Conseil suprême des forces armées (CSFA), dirigé par le maréchal Hussein Tantaoui, à prendre les rênes du pays jusqu'à l'investiture de M. Morsi fin juin 2012.

Restée plus au moins discrète depuis l'accession de M. Morsi au pouvoir, elle s'était manifestée en décembre dernier pour appeler au dialogue et rappeler son rôle de garante de la stabilité du pays, lors d'une vive crise liée à l'adoption d'un projet de Constitution controversé.

Après une vague de troubles fin janvier, l'armée avait mis en garde contre un "effondrement de l'Etat" appelant "toutes les forces politiques" à trouver une issue aux "problèmes politiques, économiques, sociaux et de sécurité" au pays

AFP

Ses derniers articles: CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun  L'Algérie déplore la faiblesse du commerce interafricain  Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel