mis à jour le

Kidal est à nous

Soldats maliens, Kidal est à nous, foncez et prenez-le

Aucune bataille ne sera plus digne et noble que celle-là

C'est notre droit le plus légitime de récupérer ce qui nous appartient

Comme Tombouctou, Gao, cette fraction de nos terres doit nous revenir

Entre l'enfer avec les terroristes et l'avenir avec le Mali

Kidal, même sous l'emprise de certains de ses fils révoltés et égarés

Sait avec qui, elle avancera, déjà que la raison triomphe partout

Car ses enfants lucides combattent encore dans l'armée républicaine

Kidal est vous

Citoyens maliens, témoins, vous observez et écoutez, alors réagissez

C'est toute une histoire glorieuse qui se dissèque sous vos yeux

Et ne rien faire pour le sauver équivaut à précipiter son succès

Nous n'avons jamais été ces ségrégationnistes dont certains nous traitent

Enclavés-là au milieu de l'occident africain, même dans la pauvreté

Et bien avant l'islam, le christianisme et ces traités de droits de l'homme

Nous sûmes depuis le temps de nos empires et des nos royaumes

Que nos différences constituent le piédestal de notre nation

Nos cousinages ancestraux en sont les parfaites illustrations

Kidalois, le Mali est à vous

Aucun pays ne s'est bâti sur des revendications spécifiquement ethniques

Et la question ethnique ou raciale n'a jamais engendré que des génocides

Là, aucune ethnie ne peut se targuer de la paternité du Mali à elle seule

Et partout dans ces pays frères, chacune a un proche qui lui parle dans son dialecte

Le Mali n'appartient qu'à celui qui le fait sien, comme tout autre état

Il ne peut pas s'auto donner, c'est dans les c½urs qu'il s'érige

Et quiconque tentera de bouger un seul élément de cet ensemble

Risquera de mettre le devenir du reste en péril, – quel qu'en soit le prétexte !

Aujourd'hui Kidal, – demain ce serait quelle autre région ?

Si cette portion s'efface de son territoire, le Mali ne survira pas longtemps

Vous le savez bien

L'avenir du Mali est alors à Kidal

Kidal le nôtre dont tous les fils unis du Mali attendent la réponse aujourd'hui

Qu'il se lève, se mobilise et affronte pour prendre son destin en main

O si seulement vous pouvez, mes frères assujettis à ces démons apatrides !

Ces gens qui ne construisent rien, et ne laissent les autres construire en paix

S'ils nous aimaient à Kidal, à Gao, à Tombouctou privé de ses mausolées

Ils allaient les épanouir tous, non pas par ces armes sophistiquées et couteuses

Mais par les milliards qu'ils y ont investis sans penser à nous d'abord

Car nous en avions besoin de Kayes jusqu'à Kidal

Pour édifier des hôpitaux, des usines, des routes, des écoles

En palliant tous ces fléaux dont souffrent encore tous ces maliens

Au sud, à l'est, à l'ouest, au nord et au centre

Le pays le plus démuni peut-être le pays le plus heureux

Si ces citoyens s'entendent et s'entraident dans leur galère

Sans chercher à se jeter perpétuellement les causes de leur sort

O si mon pays était riche comme ils le pensent !

Il n'attendrait jamais que des bouches extérieures lui montrent sans bornes

Que c'est le sud qui se développe au détriment du nord ou le contraire

Tandis que le seul visage que cette nation veut montrer au monde entier

C'est celui d'un pays pauvre qui a besoin d'aide

Alors, soldats maliens reprenez Kidal, il est à vous

Le Mali entier vous le demande, refusant de se voir sans un seul hameau de Kidal

 Aboubacar Ab. MAIGA

 (Russie, Saint-Pétersbourg,

 

 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé