mis à jour le

Le président de Djibouti Ismail Omar Guelleh, le 29 janvier 2009. REUTERS/David Clarke
Le président de Djibouti Ismail Omar Guelleh, le 29 janvier 2009. REUTERS/David Clarke

L'assourdissant silence des médias français sur la répression à Djibouti

Une tribune publiée par le site La Règle du jeu dénonce une frilosité des médias français à dénoncer les dérives du pouvoir djiboutien.

Les médias français se taisent-ils lorsqu’il s’agit de dénoncer la répression à Djibouti, cet Etat de la Corne de l’Afrique où la France a des intérêts, notamment en terme de défense, puisqu'elle accueille la plus grande base militaire française? 

A l'occasion des élections législatives djiboutiennes de février 2013, trois grands connaisseurs de la région, l’écrivain Abourahman Waberi, lui même Djiboutien, le philosophe Dimitri Verdonick et Ali Deberkale, représentant auprès de l’Union européenne de l’USN, la coalition d’opposition djiboutienne, livrent une tribune qui critique l'absence de critique des médias français à l'égard du pouvoir djiboutien, publiée par le site La Règle du jeu.  

A Djibouti, la répression et l'absence de liberté d’opposition et d’expression ne datent pas d’hier. Et les Djiboutiens sont encore loin d'être libres, nous disent les trois auteurs, contrairement à ce qui transparaît dans les médias français. C’est une déception car, en cette année électorale —des élections législatives ont eu lieu le 22 février 2013— le pays semblait, enfin, s’ouvrir au jeu démocratique:  

«Pour la première fois depuis dix ans, les opposants réunis au sein d’une coalition inédite de six partis d’opposition- l’Union pour le Salut National (UNS)», avaient ainsi pris la décision historique de se présenter aux élections.

Pour la première fois aussi, l’opposant exilé en Belgique Daher Ahmed Farah, porte-parole de la coalition d'opposition, est rentré au bercail, conscient pourtant du risque pris. Il a depuis été arrêté. Et «de ce retour d’exil acclamé par la population djiboutienne, les médias français n’ont dit mot».

Une ouverture tout de même relative, puisque face à la mobilisation massive de la population et de l’opposition, «le régime a multiplié les provocations». Un écolier de 14 ans a ainsi trouvé la mort, tué par balles par les services secrets du président Ismaël Omar Guelleh, alors qu’il manifestait avec un groupe d’adolescents à la veille des élections législatives.

Peu de lecteurs de médias français savent que des élections viennent de se tenir à Djibouti. Et les rares informations relayées par les médias français sont loin de tout dire:  

«Dès le lendemain des élections, reprenant en chœur une dépêche de l’AFP, certains médias ont annoncé – sans les interroger – les chiffres avancés par le régime et noté que les élections s’étaient déroulées dans le calme.»

«Aucun n’aura appris que l’opposition a proclamé sa propre victoire, ce qui ne revient pas du tout au même que de contester la victoire de son adversaire. Aucun n’aura été informé que, dès le lendemain des élections, le régime djiboutien a renoué avec ses bonnes vieilles habitudes, en arrêtant massivement les manifestants, en enfermant les plus gênants d’entre eux (300 personnes dont 37 femmes et un enfant à l’heure où nous écrivons ces lignes) et en tentant par tous les moyens de réduire au silence les voix de l’opposition politique assignée à résidence et de la contestation populaire d’une ampleur inédite à Djibouti» 

«C’est ce qui se passe à Djibouti en période pré-électorale: des balles et du sang pour tous ceux qui réclament des élections libres, transparentes et équitables. ». C’est ce qui s’était déjà produit lors de la présidentielle d’avril 2011: plusieurs dizaines de jeunes manifestants avaient été tués, et des centaines d’arrestations et détentions arbitraires avaient eu lieu.

«Une fois encore, les grands médias français n’ont pas jugé intéressant d’interroger cette situation, malgré les intérêts de la France sur place» constatent les trois auteurs avec colère.

 

Lu sur La Règle du jeu

 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Ebola: la peur bleue des virologues français  Comment Twitter a doublé les médias au sujet des émeutes de Ferguson  L'Ouganda célèbre sa première Gay Pride 

Djibouti

AFP

Somalie: les shebab revendiquent l'attentat de Djibouti visant les "croisés français"

Somalie: les shebab revendiquent l'attentat de Djibouti visant les "croisés français"

7e art

Djibouti, le pays où le cinéma n'existe pas

Djibouti, le pays où le cinéma n'existe pas

Roger ADZAFO

Cyclisme : le 5ème Tour du Rwanda démarre le 17 novembre

Cyclisme : le 5ème Tour du Rwanda démarre le 17 novembre

élections

AFP

Elections locales au Sénégal: le parti présidentiel battu

Elections locales au Sénégal: le parti présidentiel battu

AFP

Elections locales au Sénégal: le parti présidentiel battu

Elections locales au Sénégal: le parti présidentiel battu

AFP

Sénégal: début du vote aux élections municipales et départementales

Sénégal: début du vote aux élections municipales et départementales

élections législatives

GuinéeLeaks

Guinée: un coup d'Etat en marche?

Guinée: un coup d'Etat en marche?

censure

Guinée équatoriale: l'opposition persona non grata sur Internet

Guinée équatoriale: l'opposition persona non grata sur Internet

Tensions

La Guinée, le pays des jusqu'au-boutistes

La Guinée, le pays des jusqu'au-boutistes