mis à jour le

Conseil Nationale de Transition pour la Gambie (CNTG) (par Sheikh Sidia BAYA)

Au nom de ses membres et du gouvernement de Transition, le CNTG souhaite aux citoyens gambiens, une meilleure indépendance que celle du 18 février 2012, et ceci est dû à l'environnement politique en Gambie sous la direction de Yaya Jammeh ...

Nous dédions cette journée à tous les héros et héroïnes de la Gambie mais aussi du Sénégal, et dans le reste du monde qui ont sacrifié de nombreuses façons et rendu leurs vies pour que nous puissions être libres.

«Parfois, il arrive que dans la vie d'une nation où il ne reste que deux choix : se soumettre ou se battre, le temps est venu pour les Gambiens de ne plus se soumettre et nous n'avons pas d'autre choix que de riposter par tous les moyens en notre pouvoir pour la défense de notre peuple, de notre avenir et notre liberté. "
C'était notre sentiment le 13 Septembre 2012, lorsque le Conseil national de transition de la Gambie avait décidé de faire pression sur la Communauté Internationale pour une alternance politique en République de Gambie .

Je me suis senti moralement obligé de faire ce que j'ai fait en République du Sénégal.

Nous ne voulions pas choisir la Force pour mettre fin à la dictature du Jammeh, mais nous voulions être prêts si elle devenait inévitable, et aujourd'hui nous le sommes, tel est même le concept d'un Conseil National de Transition face à un tyran sans vergogne... Le peuple Gambien ne veut plus de Yaya Jammeh, il tue jour après jour depuis le 22 juillet 1994, date de son accession au pouvoir.
C'est donc la raison pour laquelle le CNTG se bat. Notre lutte est véritablement binational, elle inclut l'état du Sénégal, son intégrité territoriale est plus que jamais menacé et nous avons des preuves tangibles avec le conflit casamançais.
Et aujourd'hui, le Mali est obligé de constaté que des djihadistes Nord Malien se réfugient en Guinée Conakry mais surtout en Gambie, où Jammeh les dissimulent pour entraîner sa garde rapproché et s'associe à eux pour le trafic de cocaine dans la sous région...
Jammeh souhaite annexer cette région du sénégal et aggrandir le territoire Gambien...

Le CNTG annonce clairement que Mr Saliou Niang n'est pas en mesure d'être remis aux autorités du Sénégal, les corps de Mme Samb et Mr Ba, ne seront malheureusement jamais rendu à leurs familles sous l'ère Jammeh, Mme Ba a été violé par l'équipe d'assassin du président Gambien, elle a été également amputé d'un membre intime ainsi que de sa langue, pour des pratiques mystiques imputés à Yaya Jammeh.

Ces faits criminels et ancestrales d'une atrocité sans égale sont des révélations d'un fugitif de l'armée Gambienne, proche de Jammeh! Il se trouvait sur le territoire gambien au moment des 9 éxécutions ayant eu lieu dans la nuit du 23 Août au 24 Août 2012, il précise que les 2 corps sénégalais ont été jetés dans un puits, à 15 km de la frontière sénégalaise...

C'est une lutte du peuple sénégambien, Il s'agit d'une lutte pour le droit de vivre dans notre patrie, la Sénégambie ...
Depuis ces exécutions que je considère comme un mini génocide, je me suis consacré à cette lutte du peuple sénégambien et j'ai décidé de combattre la domination Jammeh pour notre liberté ...
C'est un idéal pour lequel j'espère vivre et atteindre notre objectif, mais s'il le faut, c'est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir.
Nous devons donc agir ensemble comme un peuple uni, le Sénégal et le CNTG, pour la réconciliation binationale, la consolidation de nos nations, pour la naissance d'une nouvelle Sénégambie.

SHEIKH Sidia BAYO
Président CNTG
Londres, le 05 mars 2012

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye