SlateAfrique

mis à jour le

Des dessins animés pour développer l'agriculture

Des dessins animés «nouvelle génération» pour communiquer avec des agriculteurs à l’autre bout du monde: tel est le concept développé par un groupe de scientifiques de l’université d’Urbana Champaign (Illinois, Etats-Unis) dans le cadre du projet Scientific Animations Without Borders:

«Un fermier nigérien a appris comment protéger ses récoltes des insectes. Un habitant de Port-au-Prince ou d’un village rural haïtien a appris comment éviter l’exposition au choléra. Au Mali, un entrepreneur a suivi étape par étape les instructions pour extraire l’huile des graines de karité pour produire du beurre de karité et le vendre sur le marché local», explique le site Medical News.

Le principe est simple: envoyer des dessins animés pédagogiques sur les mobiles d'agriculteurs vivant dans régions en voie de développement, pour améliorer leurs techniques, leur production, ou leur enseigner des solutions à des problèmes du quotidien.

Les premières vidéos ont été diffusées dans des pays de l’ouest africain: Bénin, Burkina-Faso, Mali, Niger et Nigeria. Elles enseignaient des méthodes sûres pour chasser les insectes nocifs du niébé, une plante similaire au haricot et qui assure la subsistance de millions d'habitants de cette région du continent.  

Le site SciDev cite Barry Pittendrigh, membre du groupe de scientifiques à l’origine du projet et professeur d’entomologie:

«Notre objectif à court terme est de fournir du matériel éducatif utile que les éducateurs peuvent télécharger depuis Internet et consulter sur leur téléphone mobile. Dans les cas où les formateurs ou les agriculteurs ont des téléphones portables avec l’application Bluetooth, les vidéos sont accessibles.»

Les vidéos sont disponibles en différentes langues et dialectes locaux. L’important est d’offrir aux fermiers des outils accessibles pour des solutions locales à leurs problèmes.

Manuele Tamo, scientifique chargé du Bénin auprès de l'Institut international de l'agriculture tropicale (Iita), souligne l’importance «d’impliquer les femmes dans l’utilisation des téléphones mobiles».

«Ce que nous avons découvert au Bénin et dans d’autres endroits est que les téléphones utilisés par les femmes ne sont pas les leurs. Quand elles ont [leur propre] téléphone, ils ont du mal à lire des vidéos ou n’ont pas la technologie Bluetooth necéssaire pour les transférer.»

Vidéo de présentation du projet Animations scientifiques sans frontières réalisée par des scientifiques de l'université d'Urabana Champaign (Illinois).

Vidéo destinée à la prévention du choléra.

Lu sur SciDev, MedicalNews