mis à jour le

Kenya: le camp Odinga retarde le dépôt de son recours contre la présidentielle

La coalition du Premier ministre kényan sortant Raila Odinga, déclaré battu au premier tour de la présidentielle du 4 mars, a reporté de 24 heures le dépôt devant la Cour suprême de son recours contre les résultats, initialement prévu vendredi, a annoncé un de ses responsables.

James Orengo a expliqué ce report à samedi, date-limite du dépôt des recours, par le fait que plusieurs associations prévoyaient déjà de déposer leurs propres recours vendredi.

"Nous ne voulons pas que notre recours soit mélangé aux autres", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse, ajoutant être "confiant en ce qui concerne le dossier" de son camp.

Un proche de M. Odinga a récemment confié à l'AFP que sa coalition allait demander un "audit scientifique des données manuelles et électroniques" du scrutin, notamment une enquête sur les présumées "importantes hausses et baisses" du nombre d'inscrits dans certains circonscriptions, postérieures à la clôture officielle de l'enregistrement sur les listes électorales.

Selon la Constitution, le président proclamé élu, Uhuru Kenyatta, crédité de 50,07% des voix dès le premier tour, ne pourra être investi qu'une semaine au moins après la décision de la Cour suprême sur les recours déposés contre l'élection. Lesdits recours doivent être déposés avant samedi et la Cour suprême dispose ensuite de 14 jours pour rendre sa décision.

M. Kenyatta n'a franchi que d'un peu plus de 8.000 voix la barre des 50% des votants requise pour l'emporter au premier tour, mais dispose de plus de 830.000 voix d'avance sur M. Odinga, deuxième avec 43,31% des voix.

Le scrutin et la proclamation des résultats se sont déroulés sans incident notable, malgré les craintes d'un retour des violences sur lesquelles avaient débouché fin 2007 l'annonce de la courte défaite de M. Odinga, à l'époque face au sortant Mwai Kibaki, soutenu alors par M. Kenyatta.

Ce dernier est inculpé de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale pour son rôle présumé dans ces violences. Il a promis qu'il participerait à son procès, dont l'ouverture est prévue le 9 juillet.

AFP

Ses derniers articles: L'Église craint que la RDC sombre dans "une situation incontrôlable"  Bénin: RSF dénonce la suspension de quatre médias en 48 heures  La longévité politique des chefs d'État africains