mis à jour le

Palais de justice : Il se fait passer pour un commerçant

Après l'achat d'une moto de marque Nano qui ne correspondait malheureusement pas aux attentes des travaux champêtres, il proposa à son frère Moussa, de voir dans quelle possibilité, il peut la changer avec une grosse cylindrée. Le frère de Moussa, puisque c'est de lui qu'il s'agit, lui remettait ainsi tous les documents de l'engin.

Il devait donc venir à Bobo-Dioulasso pour la troque. Une fois à Sya, Moussa s'assigne une autre mission. Il fait la belle vie avec la Nano qu'il présente, à qui veut voir, comme son nouvel exploit. Et ce, pendant une année. En outre, dans les mêmes circonstances, il se présente à un autre monsieur comme un commerçant de céréales. Il lui fait visiter un magasin de céréales à Dédougou, mais qui, en réalité ne lui appartient pas. Il lui fait comprendre qu'il a besoin d'un associé pour fructifier son commerce. A la question de savoir ses besoins pressants, Moussa évoque celui de l'acquisition d'une moto que son « futur nouvel associé » n'hésite pas à lui donner. Il vend alors les deux engins, et à la barre le mardi 12 mars dernier, pour répondre des faits d'escroquerie et d'usurpation de titre. Il informe les juges qu'il a dépensé les sous dans la « bouffe ». Il reconnaît son erreur et avoue qu'il n'a jamais possédé de boutique. Il savait aussi pertinemment qu'il ne pouvait troquer la moto comme le voulait son frère. Le parquet dans sa plaidoirie ne doute pas, quant à lui, de sa culpabilité. Les faits étant à son avis suffisamment graves, il a requis une peine de 12 mois contre Moussa. 29 ans et père d'un enfant, il croupit depuis mardi à la Maison d'arrêt et de correction de Bobo-Dioulasso, et ce, pour 12 mois.

Elle perd la vie par imprudence

Sékou, chauffeur de profession et domicilié à Bobo-Dioulasso, a répondu des faits d'homicide involontaire, mardi 12 mars au Tribunal de grande instance. Le 21 juillet 2012 à l'entrée de Bobo-Dioulasso, sur la nationale N°1, il percutait une dame qui va perdre la vie. En effet, selon le conseil du prévenu Sékou, la dame en question avait remorqué sa fille sur l'engin. Sans observer de prudence, elle a heurté le terre-plein de la chaussée pour se retrouver sous le pneu arrière de la remorque de Sékou qui revenait d'un déchargement. Sur le coup, elle passa de vie à trépas. Et le conseil de déclarer que le défaut de maitrise n'est pas caractérisé en ce sens que les choses se sont passées à l'arrière du véhicule. Au bénéfice donc de toutes ces observations, il a plaidé pour la relaxe de son client des fins de poursuite d'homicide involontaire. Et d'ajouter que même si le tribunal venait à trouver des éléments, qu'il lui inflige une peine d'amende assortie de sursis. Verdict : 26 mars prochain.

Rassemblées par Bassératou KINDO

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes