mis à jour le

Avec l’aval des pays arabes , l’opposition syrienne ne manquera plus d’armes

La décision de la Ligue des états arabes d’attribuer le siège de la Syrie aux représentants de l’opposition syrienne implique la légalisation des livraisons d’armes aux rebelles, notamment aux terroristes du Front Al-Nosra, a déclaré ce jeudi le porte-parole de la diplomatie russe Alexandre Loukachevitch.

Réunis début mars au Caire, les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe ont attribué le siège de Damas au sein de cette organisation à la Coalition nationale de l’opposition syrienne.

Cette démarche prévoit notamment « la possibilité de fournir des armes aux rebelles d’une manière pour ainsi dire légale, sans recourir à des schémas douteux », lit-on dans un commentaire du porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

« Etant donné que le Front terroriste Al-Nosra constitue la force la plus efficace faisant face à l’armée syrienne, il est facile de deviner qui sera le bénéficiaire principal de cette aide », conclut le diplomate.

Groupe de djihadistes combattant en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad, le Front Al-Nosra a été créé fin 2011. Il prône la mise en place d’une société fondée sur la charia. En décembre 2012, les Etats-Unis ont inscrit Al-Nosra sur leur liste d’organisations terroristes.

France et Grande Bretagne fourniraient des armes à l’opposition

La Grande-Bretagne et la France pourraient fournir des armes à l’opposition syrienne en dépit de l’embargo européen, a annoncé jeudi sur les ondes de France Info le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.
Mardi 12 mars, le premier ministre britannique David Cameron a déclaré que Londres envisageait la possibilité de contourner l’embargo sur les livraisons d’armes à la Syrie, prolongé de trois mois en février.
« On se concerte en permanence (avec la Grande-Bretagne, ndlr), et sur cette question-là nous avons des positions identiques », a déclaré le chef de la diplomatie française.
Selon lui, en l’absence de position internationale commune sur la levée de l’embargo, la France et la Grande-Bretagne pourraient procéder unilatéralement à des livraisons d’armes aux anti-Assad.
Toujours d’après Fabius, lever l’embargo constitue « un des seuls moyens qui restent » pour « faire bouger politiquement » la situation en Syrie.
« Il faut aller très vite (...). Nous allons demander avec les Britanniques que la réunion qui prévoit l’examen de tout ça soit avancée », a-t-il indiqué.
Le 18 février dernier, les chefs des diplomaties française et britannique ont appelé l’UE à lever partiellement l’embargo sur les livraisons d’armes aux rebelles syriens, mais cette initiative n’a été soutenue que par quelques pays. Fin mars, l’Union européenne avait levé l’interdiction sur la livraison en Syrie de véhicules blindés destinés à protéger la population civile.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes