mis à jour le

VATICAN: L’Argentin Jorge Mario Bergoglio, élu pape sous le nom de François 1er


Premier pape venu du continent américain, l'Argentin Jorge Mario Bergoglio a été élu mercredi soir à la surprise générale pour succéder à Benoît XVI après sa démission historique le 28 février.
L'archevêque de Buenos Aires a choisi le nom de François, qui sera porté pour la première fois par un souverain pontife. Agé de 76 ans, il est également le premier jésuite à monter sur le trône de Saint Pierre. Après la formule "Habemus papam" prononcée par le cardinal français Jean-Louis Tauran, le 266e pape de l'histoire est apparu au balcon pour sa première bénédiction urbi et orbi. "Les cardinaux sont allés me chercher au bout du monde", a-t-il plaisanté, avant de prier pour son prédécesseur et d'appeler à la "fraternité" au sein de l'Eglise.
Cette élection met un point final à quatre semaines inédites et mouvementées, depuis l'annonce surprise le 11 février par Benoît XVI de sa renonciation à l'âge de 85 ans --une première en sept siècles, depuis celle du pape moine Célestin V. Le prochain pape se retrouve à la tête d'une Église confrontée à de grandes difficultés: sécularisation massive dans les pays de tradition chrétienne, scandales de pédophilie et de corruption qui remontent sans cesse du passé, mauvaise gouvernance et intrigues à la Curie, difficultés d'adaptation aux cultures locales, rapports tendus avec l'islam rigoriste, contestations diverses. Le 28 février, sans cérémonie mais avec émotion, Joseph Ratzinger prenait congé de près d'1,2 milliard de catholiques, affirmant qu'il resterait toujours avec eux dans la prière. Se refermaient alors les lourdes portes de la résidence d'été de Castel Gandolfo, près de Rome, où il réside jusqu'à son installation dans deux mois dans un monastère au Vatican même. Commençait alors la période de "siège vacant". Les cardinaux, arrivés du monde entier, avaient ensuite délibéré à huis clos dans des "congrégations générales" pendant une semaine, mettant tous les problèmes sur la table avec franchise, et demandant notamment une meilleure gouvernance de l?Église.
Puis les 115 cardinaux électeurs --de moins de 80 ans-- étaient entrés mardi en conclave dans la célèbre Chapelle Sixtine peinte par Michel-Ange, loin des caméras, après avoir rendu hommage au "pontificat lumineux" de Joseph Ratzinger. Soixante-neuf cardinaux, créés cardinaux par Benoît XVI durant ses huit ans de pontificat, n'avaient jamais participé à un conclave. Depuis un mois, le plus petit État du monde bruissait de rumeurs sur le profil souhaité de l'élu --administrateur à poigne, pasteur chaleureux, théologien, réformateur moderne mais respectueux de la tradition--. Serait-il italien à nouveau --après 35 ans de pontificat polonais et allemand--, européen, nord ou sud-américain, africain, voire asiatique? Le rapport des forces était déséquilibré entre nord et sud. 60 des 115 princes de l?Église appelés à voter sont européens (dont 28 Italiens). 19 seulement sont latino-américains, 14 nord-américains, 11 africains, 10 asiatiques, un australien. Les "papabili" les plus souvent cités avaient été le Canadien Marc Ouellet, le Brésilien Odilo Pedro Scherer, l'Italien Angelo Scola. Tous des hommes énergiques et doctrinalement sûrs, pas révolutionnaires, manquant de charisme mais estimés. Avec des points de ressemblance avec leur mentor Joseph Ratzinger. Alors que les préparatifs du conclave allaient bon train, de nouvelles révélations sur "Vatileaks" et un prétendu "lobby gay" paraissaient dans la presse italienne et un cardinal écossais, Keith O'Brien, démissionnait pour des gestes homosexuels "inappropriés". SNAP, l'organisation d'anciennes victimes américaines des prêtres pédophiles, accusait une douzaine de cardinaux d'inaction et d'indulgence pour les prêtres pédophiles. Des accusations que plusieurs d'entre eux et le Vatican même ont contestées avec véhémence.
Yahoo.fr

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye