mis à jour le

EXPLOITATION FORESTIERE : Un syndicaliste annonce une campagne "très perturbée"

La campagne d'exploitation forestière 2013-2014 sera "très perturbée" et connaîtra des risques de pénurie et de hausse du prix du charbon, à cause des nouvelles règles édictées par le ministère de l'Environnement et du Développement durable, a indiqué mercredi Mamadou Saliou Mballo, secrétaire général de l'Union nationale des coopératives d'exploitants forestiers du Sénégal (UNCEFS).
"La campagne sera très perturbée parce qu'il y a des dispositions pêle-mêle, qui vont contrarier les gens [et engendrer] des situations n'allant pas dans le [sens] de la performance", a averti M. Mballo en marge d'une cérémonie de signature d'un protocole liant l'UNCEFS aux collectivités locales abritant les zones d'exploitation. Les dispositions qu'il trouve contraignantes pour les exploitants ont été prises par le ministère de l'Environnement et du Développement durable, selon M. Diallo. Un nouvel arrêté encadrant les règles d'exploitation est "farouchement contesté" par les exploitants parce qu'étant "unilatéralement proposé" par le ministère de tutelle, a expliqué le secrétaire général de l'UNCEFS. Cet arrêté comporte "beaucoup de points de contestation", a signalé M. Mballo. Tout en agréant 22 nouvelles coopératives - portant ainsi le nombre de groupements d'exploitants de 262 à 284 -, le ministère de l'Environnement et du Développement durable a maintenu le quota d'exploitation à un niveau égal à celui de l'année dernière, a relevé le secrétaire général de l'UNCEFS.
En vertu de cette décision ministérielle, "les possibilités en bois d'énergie des forêts aménagées de Tambacounda, Sédhiou, Ziguinchor, Kaolack, Kaffrine et Fatick se chiffrent à 328.615 mètres cubes, pour l'année 2013", a-t-il indiqué. Selon lui, ce volume "correspond à 796.259 quintaux, soit 1.592.518 sacs de 50 kilogrammes, si la carbonisation est réalisée avec la +meule Casamance+", une unité industrielle locale. A cause de cet "arrêté-là, nous avons prévu une rupture, sinon une pénurie d'énergie dans les centres d'exploitation parce que simplement le même quota de cet arrêté va couvrir un délai de 18 mois, alors qu'il était alloué antérieurement pour six mois", a signalé M. Mballo. Une autre disposition controversée, c'est celle qui est relative à la réduction du délai de dépôt, qui passe de sept à trois mois, dans le nouveau règlement. Selon l'arrêté, tout dépôt de charbon non enlevé après trois mois est pratiquement nul, a-t-il dit, notant que le déplacement de cette marchandise lourde est assujetti à des "calculs de marché" et des possibilités de transport.
L'arrêté supprime aussi la procuration, un "élément facilitateur" par lequel le responsable d'une coopérative pouvait se faire représenter à certaines occasions sur les lieux d'exploitation. Cela peut "retarder le travail", en cas d'indisponibilité dudit responsable, a-t-il fait remarquer.
ADI/ESF

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye