mis à jour le

1ère promotion PYPA de l'Institut Général Tiémoko Marc Garango pour la Gouvernance et le Développement : Pleine satisfaction…, de belles perspectives

Le 26 août 2012, l'Institut général Tiémoko Garango pour la gouvernance et le développement (IGD) a accueilli sa toute première promotion composée de 45 jeunes du Bénin, du Burkina Faso, du Mali et du Niger. Après une « année académique » bien remplie, la promotion est sortie le 26 janvier 2013 en présence de nombreuses personnalités dont le général Tiémoko Marc Garango « himself ». Promotion inaugurale, la cuvée 2012 du (Program for young politicians in Africa (PYPA)) de l'IGD constitue, pour les géniteurs de l'institut, un jalon pour celles à venir. C'est pourquoi les responsables de l'institut ont-ils initié le 11 mars 2013 une rencontre d'échanges avec les partis politiques et les participants burkinabè pour faire le bilan des activités réalisées en 2012 et recueillir les recommandations pour les promotions à venir.

« C'est ce qui manque à notre pays. Même les meilleures politiques de développement sont vouées à l'échec si les hommes en charge de leur mise en ½uvre n'incarnent pas ces valeurs cardinales », diagnostic du Premier ministre, Beyon Luc Adolphe Tiao, à l'ouverture des portes de l'Institut le 14 mai 2012 avant de promettre le soutien du gouvernement à l'initiative.

Ecole à vocation sous-régionale qui ambitionne de former des cadres politiques à l'image de « son père spirituel », le général Tiémoko Marc Garango, l'IGD est sur les rails. Peut-on affirmer sans risque de se tromper. Pour ne négliger aucun aspect, et pour se donner toutes les chances de réussite, l'institut multiplie des cadres d'échanges avec tous ses partenaires. C'est certainement dans cet esprit que s'est tenue la rencontre du 11 mars. Elle vient clore une tournée qui a conduit, les jours antérieurs, les responsables de l'institut dans les trois autres pays concernés par le PYPA en Afrique de l'Ouest à savoir le Bénin, le Mali et le Niger.

Campant le décor de la rencontre, le président de l'institut, le Pr. Augustin Loada a laissé entendre que la préoccupation première est de faire en sorte que le programme serve aux partis politiques. Il s'est réjoui du déroulement de la première année et surtout de l'intérêt que suscite le programme.

Le coordonnateur national du PYPA, Abdoul Karim Saïdou, présentant les activités 2012 du PYPA, a d'abord rappelé l'objectif global du PYPA qui est de contribuer au renforcement des capacités des « jeunes leaders politiques » en Afrique afin d'accroître leur faculté d'influence dans leur parti respectif et d'approfondir le dialogue interpartis et la démocratie. Le programme est initié par trois (3) organisations politiques suédoises et intéresse les jeunes engagés politiquement, âgés de 22 ans au moins et de 34 ans au plus.

Revisitant l'offre de formation de la promotion sortante, module par module, il ressort que l'évaluation individuelle à la fin de la formation donne de réels motifs de satisfaction. C'est du reste ce qui a été exprimé par les douze participants burkinabè qui n'ont de cesse souligné le mérite du programme : amélioration du niveau des participants, amorce des mises en pratiques des connaissances acquises, renforcement du dialogue interpartis, éclosion d'initiatives nationales de partages entre bénéficiaires et des jeunes d'autres partis politiques, mise en place d'un réseau sous-régional etc. Toujours dans ce chapitre, on note la création d'un réseau national regroupant des jeunes de différents partis politiques à l'issue d'un atelier de restitution organisé par les participants burkinabè en octobre dernier. En outre, il a été mis en place un réseau sous-régional pour promouvoir les valeurs acquises dans l'institut. Et c'est le Burkina Faso qui abrite le siège de ce réseau, assume la présidence et la trésorerie. Le réseau compte se révéler aux publics les jours à venir à travers le lancement de ses activités.

Les partis politiques, acteurs majeurs dans ce combat commun

Pour les responsables de l'IGD, le succès du programme est également au prorata de l'engagement des partis politiques, premiers bénéficiaires. « Ce que nous faisons ne peut pas dépasser ce que les partis politiques doivent faire ou devraient faire... », a souligné le Pr. Loada. C'est pourquoi, invite-t-il les partis politiques à « jouer pleinement leur partition », à respecter les critères de sélections, à opérer un choix objectif des candidats (niveau d'étude, engagement politique, etc.), à donner les mêmes chances aux candidats, à faire connaître au préalable les modalités aux candidats, à respecter les délais de dépôt des dossiers et à suivre et soutenir les participants. De concert avec ses partenaires suédois, l'IGD a réitéré sa volonté à soutenir et à accompagner les bénéficiaires du programme PYPA. On note au passage que le processus de recrutement de la deuxième promotion est lancé et les dossiers sont reçus jusqu'au 1er avril 2013.

Pour mémoire, le PYPA couvre le Kenya, la Tanzanie et l'Ouganda en Afrique orientale ; l'Angola, le Mozambique, l'Afrique du Sud, la Namibie, le Zimbabwé en Afrique australe et le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, Niger en Afrique de l'Ouest.

Kader PALENFO (palenfokader@yahoo.fr)


*Offre de formation 2012

Session 1 :

Analyse des contextes nationaux

Bonne gouvernance

Analyse des politiques publiques

Idéologies politiques

Leadership

Gestion des conflits

Planification stratégique

Jeunes et politique

Session 2 :

Communication et relations presse

Politique et technologie

Présentation de mini-projets

La charte africaine de la jeunesse

Campagnes électorales

Session 3 :

L'éthique en politique et lutte anti-corruption

Partis politiques et écologie

Genre et développement

Restitution des mini-projets

Réseautage et Alumni

Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)

Multiculturalisme et démocratie

Agenda 2013

15 mars-1er avril : Réception des dossiers de candidatures

8-13 avril : Entretiens pour le recrutement

13-26 mai : Session 1

26-30 août : Session 2

21-26 octobre : Session 3

Partis politiques partenaires :

*Bénin

- FCBE : Force Cauris pour un Bénin émergent

- RB : Renaissance du Bénin

- UPR : Union pour la relève

- PDS : Parti social-démocrate

- Les Verts : Parti écologiste du Bénin

- PRD : Parti du renouveau démocratique

*Burkina Faso

- CDP : Congrès pour la démocratie et le progrès

- ADF/RDA : Alliance pour la démocratie et la fédération/ Rassemblement démocratique africain

- UNIR/PS : Union pour la renaissance : parti sankariste

- PDS/METBA : Parti pour la démocratie et le socialisme

- UPR : Union pour la République

- RDEBF : Rassemblement des écologistes du Burkina Faso

- UPC : Union pour le progrès et le changement

- CFD/B : Confédération des forces démocratiques du Burkina

*Mali

- SADI : Solidarité africaine pour la démocratie et l'indépendance

- ADEMA/PASJ : Alliance pour la démocratie au Mali/parti africain pour la solidarité et la justice

- RPM : Rassemblement pour le Mali

- URD : Union pour la République et la démocratie

- CNID-FYT : Congrès national d'initiative démocratique/Faso Yiriwa Ton

- MPR : Mouvement patriotique pour le renouveau

- Parti Vert du Mali

*Niger

- MNSD/ Nassara : Mouvement national pour la société de développement

- RDP/Jamaâ : Rassemblement des démocrates

- RSV/Niima : Rassemblement pour un Sahel Vert

- MODEM FA/LUMANA AFRICA

- PNDS/Tarayya : Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme

- ANDP/Zaman Lahiya : Alliance nigérienne pour la démocratie et le progrès.

K.P

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes