mis à jour le

Qu'attendent les « Ouagavillois » du maire Marin Casimir Ilboudo ?

C'est maintenant chose faite, Marin Casimir Ilboudo est aux commandes de la Commune de Ouagadougou. En attendant de le voir à l'½uvre, nous avons recueilli les propos de quelques citadins relativement surtout à leurs attentes. Lisez plutôt !

Sanfo Mady, horticulteur basé à l'espace Naba Wobgo (rondpoint de la Patte d'Oie) :

Je peux dire que je connais le maire qui vient de prendre la place de Simon. C'est un homme que je trouve honnête. Et la façon dont il a été élu, a été honnête et démocratique. C'est vraiment pour moi, un bon choix.

J'attends de lui des actes positifs, supérieurs ou égaux à ceux du maire sortant. Je ne veux pas le comparer au maire Simon Compaoré. C'est quelqu'un qui nous a soutenus dans l'Arrondissement de Baskuy, et nous souhaitons qu'il continue dans ce sens. Je lui souhaite bon vent et je demande à tous les ouagalais de le soutenir parce que c'est à cause de nous tous qu'il est maire et il ne peut pas, à lui seul, résoudre les problèmes de ces millions de ouagalais.

Mme Zerbo, vendeuse de légumes :

Simon a été courageux, et il a fait un bon travail. Les gens l'ont quelque fois trouvé sévère ; mais si on n'est pas rigoureux, on ne peut pas diriger une ville comme Ouaga

Je souhaite que son successeur travaille autant, et qu'il nous épargne de la violence policière qui nous empêche d'étaler nos légumes aux abords des voies. Nous reconnaissons toutefois que la mairie a raison de nous déguerpir car nous occupons des passages ; mais en réalité, nous ne savons pas aller.

Aboubacar Soré , commerçant au grand marché de Ouagadougou :

Je pense que c'est une bonne chose d'avoir un nouveau maire ; c'est même très bien. On est fier de lui. Maintenant, ce que nous lui demandons, c'est d'être à l'écoute des commerçants. On veut qu'il travaille comme Simon qui a été un travailleur.

Au grand marché ici, il y a beaucoup de problèmes. Ici, les boutiques sont un peu chères ; il faut revoir cela à la baisse. Et il y a beaucoup de gens dans le marché qui n'ont pas de hangar ; ce serait bien qu'on les recase pour mettre fin à l'installation anarchique.

Il faut qu'il règle la question du prix du parking qui veut monter à 100F, et qu'il s'attaque aux problèmes de lotissement. Qu'il fasse en sorte que chaque citadin puisse avoir un logement pour dormir, au lieu que certains en aient deux, trois ou plus.

Ouédraogo Idrissa, parker au grand marché de Ouagadougou :

J'attends du nouveau maire, beaucoup de choses, car c'est quelqu'un qui n'est pas nouveau dans la gestion communale. C'est un maire qui a déjà fait ses preuves à Baskuy ; c'est un maire qui peut remplacer valablement Simon. Simon a fait pour lui, c'est passé ; et je pense que celui qui l'a relevé connaît bien lui aussi, son travail. Même s'il ne fera pas plus que Simon, il fera comme lui ; ça, au moins, c'est sûr. Vous savez, la Mairie de Baskuy est la plus pauvre des mairies de Ouaga, mais il a tenu jusqu'à 15 ans. Moi je pense franchement qu'il fera mieux que Simon.

Je pense qu'il pourra relever le défi de l'attribution transparente des parcelles. Par rapport au prix du parking, il ne faut pas que les gens pensent que c'est lui qui va venir l'arrêter à 50F ou le faire monter à 100F. C'est d'ailleurs un problème qui a existé bien avant l'arrivée de Simon, et on n'a pas eu encore de terrain d'entente. Mais Simon nous a dit d'attendre le nouveau maire qui va venir ; et moi je pense qu'à ce niveau, il n'y a pas de problème par rapport à cette question de prix.

Ouédraogo Rasmané, commerçant au bord du goudron de Tampuy :

Nous ici, nous sommes contents du nouveau maire. Nous lui demandons de regarder les petits commerçants comme nous. Nous souffrons trop, et rien ne rentre. Nous voulons qu'il aide les petits commerçants à devenir eux aussi de grands commerçants. Nous ne disons pas que le maire a l'argent ; mais s'il peut nous aider de quelque manière que ce soit, qu'il n'hésite pas.

Nous sommes ici depuis les années 97, et l'ancien maire nous a fatigués. Et comme nous aussi, nous ne savons pas où aller, on est encore là.

Propos recueillis par Fulbert Paré

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes