mis à jour le

Constantine : les assassins de Haroun et Brahim sont des repris de justice

Les deux assassins de Haroun (10 ans) et Brahim (9 ans) sont des repris de Justice récidivistes. C'est du moins ce qu'a révélé, mercredi, le procureur général près la cour de Constantine, Mohamed Abdelli, selon lequel les deux meurtriers arrêtés par les services de sécurité sont âgés de 21 et de 38 ans et sont originaires aussi de la nouvelle ville d'Ali-Mendjeli à Constantine.

D'autre part, selon  le magistrat, les deux criminels ont agi de manière "isolée" et n'ont aucun lien avec des réseaux criminels qui kidnappent des enfants pour leur enlever des organes. Les deux criminels ont-ils abusé sexuellement de leurs victimes ? A ce question, Mohamed Abdelli n'a pas répondu avec précision car, d'après lui, aucun élément ne prouve encore cette éventualité. Ceci dit, le procureur général a reconnu qu'il est probable que les criminels ont enlevé les deux enfants pour satisfaire leurs pulsions sexuelles.  D'un autre côté, en s'appuyant sur les conclusions du service de médecine légale qui a pratiqué l'autopsie, le magistrat a révélé également que les deux enfants sont morts par ''étranglement''. Les corps de Haroun et Brahim n'ont pas subi de sévices, a-t-il affirmé encore alors que les médias et de nombreuses sources locales avaient indiqué mardi que les enfants ont été mutilés et dépecés.

Soulignons enfin que le décès remonte à la matinée de mardi, révèlent les analyses du service de médecine légale dont les "conclusions finales" n'ont pas été arrêtées car l''enquête scientifique" n'est pas terminée encore puisque les services de sécurité poursuivent leurs recherches pour déterminer avec exactitude le mobile de ce crime et faire toute la lumière sur cette affaire. Mohamed Abdelli a rappelé, en dernier lieu,  que les corps sans vie des deux enfants, portés disparus depuis samedi dernier à Ali-Mendjeli, avaient été découverts à l'unité de voisinage n° 17 de la nouvelle ville dans deux sacs en plastique dont un était enfoui dans un cabas. La découverte des cadavres des deux enfants a suscité un véritable émoi parmi la population locale qui n'a pas manqué de manifester dans les rues sa profonde colère. Preuve en est, mardi après-midi, un commissariat a été caillassé et une agence d'Algérie Poste a été attaquée à Ali Mendjeli. Il leur fallu la mobilisation d'un grand nombre d'agents de l'ordre pour disperser les émeutiers. Mercredi après-midi, l'atmosphère demeurait très tendue car de nombreux habitants ont encerclé, pendant la matinée, le siège de la sûreté nationale pour tenter d'exfiltrer les deux meurtriers et les lyncher en public. Les forces de l'ordre ont redoublé de vigilance pour faire face à d'éventuels débordements.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens