mis à jour le

États-Unis : tout juste sorti de prison, il tue ses grands-parents

Âgé de 26 ans, Michael "Chadd" Boysen les a froidement abattus alors qu'ils venaient de lui organiser une fête pour sa libération.

La police de l'Oregon (États-Unis) a annoncé l'arrestation, mardi soir, de Michael "Chadd" Boysen à Lincoln City, une station balnéaire de la côte Ouest. Depuis la nuit précédente, il s'était retranché dans un motel où il s'était enregistré sous sa véritable identité. Suspecté d'avoir assassiné ses grands-parents dans l'État frontalier de Washington, Michael Boysen venait tout juste de sortir de prison. Un employé de l'hôtel, après avoir vu un avis de recherche à la télévision, a prévenu la police.

Plus de vingt-quatre heures, c'est le temps qu'il a fallu aux forces spéciales pour passer les menottes à celui qui était devenu l'ennemi public numéro un. Face à la résistance du forcené, le SWAT (le GIGN nord-américain, NDLR) a employé des grenades assourdissantes et a fait usage d'un canon à eau. Un robot policier a même été dépêché sur les lieux pour contribuer à l'arrestation. La technique a fini par payer. Michael Boysen a été retrouvé allongé sur le sol de sa chambre. Keith Kilian, le chef de la police locale qui a dirigé l'opération, s'en est félicité : "Tout le monde est désormais en sécurité." Ce dernier a aussi indiqué qu'aucune balle n'avait été tirée et que le suspect s'était lui-même blessé d'une coupure dans le dos. Avant de pouvoir être entendu, Boysen a donc été conduit à l'hôpital sous une imposante escorte policière.

Une fête pour son retour de prison

Bien que l'enquête soit toujours en cours, les premiers éléments de l'affaire ont été révélés à la presse. Selon Cindi West, une agent de police, interrogé par USA Today, les grands-parents de Michael Boysen sont venus le 8 mars chercher leur petit-fils à sa sortie de prison, où il venait de purger une peine de neuf mois pour cambriolage. Ils l'ont ensuite accompagné jusqu'au bureau de son agent de probation avant de le ramener chez eux; où une chambre l'attendait. Comble de l'horreur, ils avaient même organisé une fête afin de célébrer son retour à la liberté. Plus tard dans la nuit, la grand-mère a envoyé un dernier SMS dans lequel elle remerciait tous ceux qui avaient fait le déplacement. Le lendemain, étonnés de trouver porte close, des voisins l'ont signalé à leur petite-fille. Il était déjà trop tard, Michael Boysen avait déjà commis l'irréparable.

Depuis la macabre découverte, des révélations de Chad Lewis, le porte-parole du département des prisons, font enfler une polémique de l'autre côté de l'Atlantique. Ses services ont reconnu que Michael Boysen avait proféré des menaces, lors de sa détention, à l'encontre sa famille. Mais rien ne laissait penser, selon Chad Lewis, qu'il puisse être capable de commettre de tels actes. Il avait été en effet très entouré par les siens lorsqu'il était en prison.

Les motivations du tueur, qui a abattu ses victimes à coup de revolver, restent inconnues. Les enquêteurs ont indiqué que le suspect s'était servi de l'ordinateur de ses grands-parents pour se renseigner sur l'organisation de ventes d'armes dans la région. Voilà qui devrait relancer encore une fois la polémique sur la libre circulation des armes aux États-Unis.

Le Point.fr

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye