mis à jour le

Le chef de l'Etat Libanais au Sénégal : Les vraies raisons d'un séjour de 72h

DAKARACTU.COM Depuis hier, le président de la République du Liban, Michel Sleiman, est l'hôte du Sénégal. Arrivé en fin d'après midi, Michel Sleiman effectue ainsi sa première visite officielle au "pays de la Téranga". Il a été accueilli à sa descente d'avion par son homologue sénégalais Macky Sall, accompagné du président de l'Assemblée nationale, Moustapha Niasse et du Premier ministre Abdoulaye M'baye. De nombreux ministres du gouvernement sénégalais étaient aussi venus sur les lieux pour accueillir notre hôte du jour, son Excellence Michel Sleiman.
Officiellement, le Chef d'Etat libanais est venu à Dakar pour "renforcer la coopération" nouée entre nos deux pays, cependant Dakaractu tient de bonne source, qu'à côté de cette version officielle , diplomatique, il existerait une raison plus cruciale, tenant à la survie économique même de la forte communauté libanaise installée au Sénégal.
En effet, nous ne dévoilerons pas un secret en disant qu'avec l'arrivée des chinois, le secteur du commerce naguère bien tenu par les libano-syriens, est train de changer de mains. Qui plus est, avec le déclenchement de la traque des biens mal acquis, certains membres de la communauté libanaise pourraient être impliqués, sans oublier la dernière en date où un sénégalais d'origine libanaise, Oussama Ayad, serait compromis dans un scandale de blanchiment d'argent et de trafic de devises.
En somme, le Président Sleiman a plusieurs dossiers brûlants sur le grill à Dakar, qu'il se fera un devoir d'aborder avec le Président Macky Sall, mais surtout une obligation de leur trouver un réglement.
Pour ceux qui n'avaient pas suivi l'affaire Ayad, nos confrères de la "Tribune", dans leur livraison du mercredi 20 février 2012, en avaient déjà livré quelques détails dans l'article intitulé : "Blanchiment d'argent : la police saisit plus de 100 millions de Fcfa dans une boutique à Sandaga". Selon l'article," c'est la famille du Sénégalais d'origine libanaise, Oussama Ayad, qui est au centre de l'affaire. Ce monsieur, qui tient une boutique de prêt-à-porter sur l'avenue Lamine Guèye, est tombé dans la journée du mardi 19 février, avec son «vaste réseau de blanchiment d'argent».La Section de Recherches de la Gendarmerie nationale qui a mené l'enquête a opéré par une filature discrète mais très rapprochée, suivie d'une infiltration du réseau de M. Ayad.
Dans leur perquisition de la boutique du commerçant, les enquêteurs «sont tombés sur de l'argent évalué à plus de 100 millions de Fcfa» (en coupures de devises Cfa et des chèques signés en euro). Le travail de reconstitution des transferts effectué par les gendarmes a révélé que la famille Ayad faisait transférer plus d'un milliard de Fcfa par an."
L'argent ainsi blanchi, renseigne le journal, «transitait en France», avant d'être transféré en Syrie et au Liban, pays d'origine de la forte communauté libano-syrienne du Sénégal. Dans leur perquisition, les enquêteurs avaient également découvert les photocopies de plusieurs chèques encaissés par Oussama Ayad. Et ces chèques, selon « la Tribune », pourraient mouiller de «gros bonnets sénégalais et libanais», qui seraient trempés jusqu'au cou...

www.dakaractu.com

Dakaractu

Ses derniers articles: Fête nationale : esprit civique et prise d’armes au menu  Aly Badara Maïga, le plus grand voleur de voiture de l'Afrique de l'Ouest est arrêté par la DIC  Les lions à l'aéroport de Paris pour aller à Conakry